Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

En Isère, il n'y a pas que la montagne qui attire les touristes

mercredi 26 juillet 2017 à 12:33 Par Céline Loizeau, France Bleu Isère

Si la montage et les villes comme Vienne ou Grenoble font venir dans le département la majorité des touristes, l'Isère des plaines et des collines tire aussi son épingle du jeu.

La campagne iséroise, c'est 24% de la fréquentation touristique estivale de l'Isère. Les Vals du Dauphiné (photo), comme les secteurs de Morestel ou bien encore Crémieu, en profitent.
La campagne iséroise, c'est 24% de la fréquentation touristique estivale de l'Isère. Les Vals du Dauphiné (photo), comme les secteurs de Morestel ou bien encore Crémieu, en profitent. - - Site internet des Vals du Dauphiné

Les Abrets, France

"Isère et tourisme", on pense forcément l'hiver aux stations de ski et l'été aux randos en montagne ou encore la découverte des villes comme Grenoble ou Vienne et son riche passé gallo-romain. Mais la campagne aussi séduit. Selon Isère Tourisme, la campagne représente 24% de la fréquentation estivale contre 48% pour la montagne et 28% pour l'urbain. Et si on s'intéresse aux taux d'occupation des hébergements touristiques, la campagne fait mieux que la montagne avec 54% "de remplissage" pour les hôtels, 33% pour les campings et 56% pour les gîtes ruraux.

Beaucoup de vacanciers du nord de la France et du nord de l'Europe

L'Isère des plaines et de collines séduit aussi. En Nord-Isère, les offices de tourisme des Vals du Dauphiné, entre les Abrets et la Tour-du-Pin, expliquent que la fréquentation "est stable, voire avec une petite hausse en fonction des années ." Et ce qui attire les vacanciers, c'est la nature, le calme et l'offre variée de sorties. Il y a les châteaux comme celui de Virieu, du Passage, de Tournin, etc. Il y a également le zoo de Fitilieu, les sorties en canoë, les balades pédestres et depuis cet été à vélo à assistance électrique. Histoire de parcourir cette campagne vallonnée sans trop d'effort ! On peut aussi citer les coins pêche, les musées....

"A 50%, nos offices sont fréquentés par des locaux qui veulent des idées de sorties, des grands-parents qui ont les petits-enfants en vacances ou des Lyonnais qui se mettent au vert" détaille Christiane Prat qui travaille dans un de ces offices. L'autre moitié est constituée principalement de vacanciers du Nord de la France et d'Europe du Nord : Pays-Bas, Allemagne, Belgique, Angleterre... Il s'agit surtout de familles avec jeunes enfants. Elle précise que les campagnes de communication et le gros travail effectué depuis plusieurs années pour avoir des hébergements de belle qualité y sont pour beaucoup. Et le bouche-à-oreille fait le reste.

Au camping des Abrets, calme et nature sont recherchés

Le Nord-Isère, à priori, n'est pas LA destination vacances "mais une fois qu'ils sont là les vacanciers sont ravis" selon Martine Vallon du camping "Le coin tranquille" aux Abrets-en-Dauphiné. Encore faut-il qu'ils viennent et là Martine, dont les parents ont créé ce camping en 1972 avec à l'époque 18 emplacements, est formelle : "il faut aller les chercher. Nous, on fait 14 salons dans toute l'Europe." Sur place, les vacanciers disent apprécier le calme, la piscine, le restaurant, les animations du camping et aussi le fait d'avoir plein d'idées de sorties à moins d'une heure de route. Vous ne trouverez pas d'amateurs de vacances à la mer, du tourisme de masse. Aujourd'hui, le camping compte 192 emplacements. L'objectif n'est pas de l'agrandir selon Martine Vallon : "mais pour continuer à faire venir les clients, on s'adapte, on anticipe leurs envies. L'an prochain, on aura donc un 2e bassin, une piscine couverte."

Reportage dans les Vals du Dauphiné