Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Isère, les stations de ski ont perdu deux tiers des réservations habituelles pour les vacances de Noël

-
Par , , France Bleu Isère

En Isère, les stations de ski comptent sur les réservations de dernière minute et l'appel du grand air pour rattraper la baisse importante de réservations pour les vacances de Noël : le taux d'occupation prévu pour les fêtes est de 30%, soit un tiers seulement de la fréquentation habituelle.

Promenades en raquettes, ski de fond, ski de randonnée, les stations s'organisent sans remontées mécaniques
Promenades en raquettes, ski de fond, ski de randonnée, les stations s'organisent sans remontées mécaniques © Radio France - Véronique Saviuc

Vincent Delaitre, le directeur d'Isère Attractivité (ex-Isère Tourisme) fait le point sur l'impact de la fermeture des remontées mécaniques sur la fréquentation des stations de ski pendant les vacances de Noël. Même si les stations ont commencé depuis longtemps à proposer bien d'autres activités que le ski de piste, elles peinent à attirer autant de vacanciers qu'habituellement pendant les fêtes et beaucoup d'hébergements resteront vides ou fermés. 

France Bleu Isère :  Les  vacances de Noël et du Jour de l'An se présentent mal pour les stations de sports d'hiver cette année. Est-ce que vous avez des chiffres pour mesurer l'impact de la fermeture des remontées mécaniques, ou de la  prudence des vacanciers sur les réservations ?

Vincent Delaitre : Avant de vous donner quelques chiffres, on va mettre en perspective cette période très particulière pour l'économie touristique. On estime à 70 % la baisse de fréquentation sur l'ensemble des destinations. Et donc l'Isère étant une belle destination touristique est effectivement bien touchée. On a perdu 380 millions d'euros sur la première vague de coronavirus, on perd  350 million d'euros sur la deuxième vague

En ce qui concerne les fêtes de fin d'année, on est sur un taux d'occupation de 30 %. C'est à peu près un tiers de ce qui se fait habituellement. On sait néanmoins que beaucoup de Français ne sont pas encore décidés et peuvent réserver au dernier moment. On peut compter sur un effet montagne comme ce qu'on a connu cet été. Mais là, la clientèle étrangère ne sera pas là. 

Pour Noël et pour le Jour de l'An, les pays européens qui représentent habituellement 30 ou 40 % de nos visiteurs seront absents, les Anglais les Scandinaves les Néerlandais qui sont dans des situations compliquées à cause de l'épidémie. Donc pour les isérois qui sont passionnés de montagne et de ski de rando, c'est une opportunité d'avoir un beau domaine pour soit tout seul

Pour tenter d'attirer du monde, les stations mettent en valeur d'autres pratiques que le ski. Est-ce que ça marche ? Ou est-ce que ça ne remplace pas le ski de piste qui quand même la discipline phare des vacances d'hiver ? 

Les stations n'ont pas attendu le Covid pour proposer d'autres activités. Il y a des centaines d'activités proposées. On a déjà connu des hivers sans neige, donc les stations ont su s'adapter et on a une ribambelle d'activités possibles : le ski de rando, la luge au col de Marcieu, la motoneige à Chamrousse, la plongée sous la glace, on peut aller sur la patinoire de l'Alpe d'Huez.. Le champ des possibles est très important. 

Des activités qui peuvent séduire la clientèle locale à la journée mais pas forcément attirer les vacanciers pour une semaine ? 

La montagne reste quand même un un environnement magique. Et cet été, on a vu au dernier moment, dans la première quinzaine de juillet des quantités de réservations. Parce qu'on rêve d'un environnement magique quand on a été enfermé en ville. On rêve de grands espaces, de bon air et en montagne on trouve des paysages qui sont extraordinaires.

Si on veut passer une semaine à la montagne, quel type d'hébergement on peut trouver, des appartements, des chambres d'hôte, des chambres d'hôtel ? 

Tous les hébergements sont ouverts. Les mesures de restriction ne concernent que les restaurants et les bars. Donc les hébergements sont accessibles. Mais néanmoins, les plus grands hébergements ont préféré fermer et ouvrir uniquement en février. Donc là, vous avez toute une palette de choix très importante pour des visiteurs de proximité, pour aller passer une nuit ou deux ou plus, tout est possible. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess