Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

En Mayenne, la miroiterie Schultz prépare son centenaire

mardi 31 octobre 2017 à 5:50 Par Armêl Balogog, France Bleu Mayenne

L'entreprise, fondée en 1925, fêtera son premier centenaire en 2025. En préparation, son nouveau patron décide de recentrer ses activités sur le département de la Mayenne.

La miroiterie Schultz prépare son centenaire en partant à la reconquête des Mayennais
La miroiterie Schultz prépare son centenaire en partant à la reconquête des Mayennais © Radio France - Armêl Balogog

Saint-Berthevin

"La première chose que j’ai faite quand j’ai repris la miroiterie Schultz, c’est de me projeter aux 100 ans", se souvient Laurent Mercier, patron de l’entreprise depuis le mois de décembre 2016.

La feuille de route c’est "Schultz 2025" et le cap, c’est que la grand-mère soit en très grande forme dans huit ans. – Laurent Mercier, patron de la miroiterie Schultz

A la reconquête des Mayennais

L’ancienne enseigne lavalloise, installée dans la zone industrielle de Saint-Berthevin depuis 1985, a décidé de se réorienter vers le secteur local. Une sorte de retour aux origines en vue du centenaire.

"On estime qu’il y a de la place pour nous, pour nos produits, pour notre savoir-faire, ici. Donc oui, c’est une conquête qu’on essaie de faire tous les jours", continue le gérant.

En 2016, 85 % de son chiffre d’affaires provenaient d’activités réalisées en dehors du département de la Mayenne, dont beaucoup de devantures de magasins. Un rythme difficile pour les neuf salariés.

"C’est extrêmement bien d’avoir nos petits drapeaux Schultz partout, se félicite le gérant, mais il faut aussi penser aux salariés qui passent une grosse partie de leur semaine à l’extérieur, et donc on cherche aujourd’hui à redynamiser notre présence sur le territoire du 53."

Une nouveauté : les serres à l’ancienne

La première décision pour reconquérir un marché plus local a été de mieux exploiter un espace vert, devant la miroiterie, sur une route très passante dans la zone industrielle berthevinoise. Trois serres à l’ancienne y ont été installées. Une grise, une marron et une noire. Un partenariat avec des constructeurs vendéens qui travaillent aussi le verre et l'aluminium. La miroiterie, elle, ne fait que les vendre et les poser. "Revenir à des codes de l’ancien qui font modernes, je trouvais ça assez sympa", explique Laurent Mercier.

Une première serre a été vendue début octobre. Elle peut servir de jardin d’agrément ou de salon de jardin, comme une véranda mais dans "un certain niveau de qualité et d’esthétique". Les serres sont destinées à un public avec une bonne assise financière, car elles coûtent entre 6.000 et 18.000 euros. Pourquoi pas des châtelains, lance le patron, en rappelant que de nombreux châteaux sont habités dans le département.

La miroiterie Schultz se lance aussi dans la verrerie d’art, cherchant tous les leviers pour conquérir de nouveaux marchés, tout en continuant à réaliser des miroirs originaux, des cabines de douches ou de l'aménagement intérieur. D'ailleurs l’entreprise va très bien, assure Laurent Mercier : lorsqu’il a repris la miroiterie en décembre 2016, son chiffre d’affaires s’élevait à environ 1,3 million d’euros.