Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Mayenne, pour de nombreuses entreprises, difficile voire impossible de verser une prime exceptionnelle aux salariés

-
Par , France Bleu Mayenne

Lundi soir, Emmanuel Macron a demandé aux patrons de mettre en oeuvre cette mesure sur la base du volontariat. Une prime de fin d'année sans charge ni impôt pour améliorer le pouvoir d'achat. Mais pour beaucoup d'entreprises, ça semble très difficile voire impossible. Explication.

Illustration
Illustration - Archives « Sud Ouest » Pascal Couillaud

Les entreprises mayennaises pourront-elles verser la prime de fin d'année exceptionnelle demandée par Emmanuel Macron dans son discours lundi ? Pas sur... Ici, le tissu industriel et artisanal est essentiellement composé de PME, petites et moyennes entreprises. Ce sera donc compliqué, à moins que la société ait une surface financière suffisante, une trésorerie conséquente pour encaisser le choc d'une telle mesure

Les entreprises mayennaises sur la réserve

Contacté, le patron d'une entreprise de transport routier, 205 salariés dans le nord de la Mayenne, nous explique que verser une prime exceptionnelle de plusieurs centaines d'euros pourrait le mettre dans le rouge. Il serait bien en mesure de le faire mais il serait alors obligé de répercuter le coût plus tard chez ses clients.

Autre exemple dans le sud Mayenne. Un garagiste emploie six personnes. Lui offre un 13e mois versé en deux fois, en juillet et en décembre. Sur la prime exceptionnelle, il est prudent, très prudent car ces derniers temps son activité n'a pas été florissante

C'est le cas d'ailleurs de nombreux secteurs, le commerce en premier lieu qui souffre de la crise sociale qui secoue le pays. Les chiffres d'affaires sont en baisse. Les patrons appuient donc sur le frein après l'annonce présidentielle. 

Le maître-mot est la prudence." - la CPME de la Mayenne

Vu le contexte économique actuel, "ils ont suffisamment le sens des responsabilités pour ne pas hypothéquer l'avenir. Les dernières semaines ont été compliquées et ça semble compliqué de mettre en oeuvre cette mesure pour certaines sociétés si ce n'est de les fragiliser. L'objectif prioritaire des patrons c'est la pérennité de leurs entreprises", estime la CMPE de la Mayenne, l'une des organisations qui les représentent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess