Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En moyenne, le rendement des moissons en Touraine 15% plus faible qu'une année normale

-
Par , France Bleu Touraine

Avec une quinzaine de jours d'avance, les moissons se terminent en Touraine. Le constat est sans appel, elles sont moins bonnes que d'habitude. Les agriculteurs enregistrent 10 à 15% de pertes.

Les moissons ne sont pas bonnes cette année en Touraine : les agriculteurs enregistrent en moyenne une perte de 15%.
Les moissons ne sont pas bonnes cette année en Touraine : les agriculteurs enregistrent en moyenne une perte de 15%. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Derniers tours de pistes pour les moissonneuses batteuses !  Les moissons se terminent déjà. Elles étaient largement en avance cette année, d'environ deux semaines. Encore quelques jours, et toutes les récoltes de blé, de colza, d'orge et de lin trouveront leur place dans les silos et les granges de Touraine. Le bilan est mitigé pour les exploitants tourangeaux. Selon la FNSEA, les agriculteurs enregistrent une perte de rendement d'en moyenne 15% par rapport à une année normale. 

Après une année 2019, assez exceptionnelle en Touraine, la météo a joué un bien mauvais tour, avec "des conditions très humides à l'automne, des conditions sèches et de fortes températures au printemps" explique Eric Dutel, agriculteur installé à Neuvy-le-Roi. "La plante a toujours subi des stress" A cela, il faut ajouter également des pucerons, qui ont transmis des viroses aux plans (la législation de plus en plus exigeante limite l'usage de produits chimiques). Dans son hangar de stockage, là où d'habitude "le blé vient jusqu'à l'extérieur du bâtiment, on se rend compte qu'on est à sept ou huit mètres à l'intérieur."

Le hangar d'Eric Dutel semble bien vide, avec 15% de blé en moins par rapport à une année classique.
Le hangar d'Eric Dutel semble bien vide, avec 15% de blé en moins par rapport à une année classique. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

10 à 15% de pertes, pour cet agriculteur, c'est l'équivalent de 150 à 200 euros de moins par hectare. "Au final ce sera une baisse de revenus. Malheureusement j'ai certains de collègues où la baisse est beaucoup plus importante, de 40 à 50% de baisse de rendements. Ce sera très difficile pour ces exploitations là. Il faut malheureusement espérer que d'autres pays fassent de mauvaises récoltes, pour espérer que le prix soit tiré vers le haut. On sait que le prix du blé ne se fixe pas par rapport à la production française : on est sur des cours mondiaux et il faut une production très faible au niveau mondial pour tirer les prix. "

Quelles conséquences ? 

Dans une exploitation voisine, à quelques kilomètres, le constat est similaire avec 15 à 20%, soit 100 tonnes de moins que prévu, ce qui représente 18.000 euros pour Cyril Brutout. Lui prédit des conséquences à venir pour l'ensemble de la filière. "Coopératives et négociants seront forcément impactés car la collecte est moins importante. Nos marchands de matériel agricole en pâtissent forcément. Il y a moins d'investissement, il y a moins d'activité, il y a moins d'argent qui rentre. C'est obligatoire, c'est l'effet domino."

Cyril Brutout a presque terminé ses moissons et le constat est là : 15 à 20% de pertes sur le blé par rapport à une année normale.
Cyril Brutout a presque terminé ses moissons et le constat est là : 15 à 20% de pertes sur le blé par rapport à une année normale. © Radio France

L'agriculteur espère désormais que les cultures de sorgho, de millet et de maïs, qui seront récoltées en octobre, puissent rattraper au moins en partie ces pertes. Il faudrait pour cela que le temps sec ne dure pas trop, dans les semaines à venir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess