Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En plein confinement, les associations de la Vienne toujours actives contre les violences conjugales

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu La Rochelle
Poitiers, France

Le confinement augmente le risque de violences conjugales dans les foyers. Dans la Vienne, le CIDFF continue de fonctionner avec une présence à distance, et donne quelques conseils pour traverser la période.

Le numéro d'urgence pour les femmes victimes de violences conjugales
Le numéro d'urgence pour les femmes victimes de violences conjugales © Radio France - Jeanne marie Marco

Rester 24h sur 24 avec un homme violent : pour certaines femmes et leurs enfants, le confinement peut devenir un vrai cauchemar. La gendarmerie nationale a recencé une hausse de 30%  des cas de violence. Dans la Vienne, le CIDFF (Centre d'information des droits des femmes et de la famille) reste actif pendant le confinement et continue de travailler en lien avec la police et la gendarmerie. 

Sa présidente Annick Bouchaud, reconnaît que les appels ont changé de nature : "On est passés de questions logiqtiques ou de conseil à de véritables situations d'urgence, qu'on doit régler en lien avec la police et la gendarmerie." Pour gérer au mieux la situation, tous les employés du CIDFF sont mobilisés, y compris la juriste, très sollicitée : "On a mis en place un système pour relever tous nos messages téléphoniques. Nos salariés sont en télétravail, et ils rappellent les personnes qui le souhaitent. On répond aux mails aussi."

Le confinement est d'autant plus critique que dans certains cas, les femmes ne peuvent pas appeler le Centre ou ne peuvent pas être rappelées. "Dans ce cas, on essaie de voir comment communiquer à travers les proches, ou les voisins comme intermédiaires. On appelle tout le monde à être très vigilant." Les placements en garde à vue et les défèrements devant les tribunaux sont toujours appliqués. 

Vous pouvez appeler le CIDFF au 05 49 88 04 41. Les travailleurs sociaux dans les commissariats et les gendarmeries restent également joignables, tout comme le numéro d'écoute 3919, et la plateforme de signalement  des violences sexuelles et sexistes : arretonslesviolences.gouv.fr.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu