Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Environ 40.000 pensions alimentaires non-versées en Provence

dimanche 10 mars 2019 à 17:41 Par Simon Soubieux, France Bleu Provence et France Bleu

Dans les Bouches-du-Rhône et le Var, environ 40.000 pensions alimentaires ne sont pas versées par l'ex-conjoint chargé de le faire. Une situation qui met beaucoup de personnes, notamment des femmes, dans une précarité financière. Le gouvernement veut accentuer les contrôles.

40 000 pensions alimentaires ne sont pas versées en Provence.
40 000 pensions alimentaires ne sont pas versées en Provence. © Maxppp - Thomas Padilla

Provence-Alpes-Côte d'Azur, France

La région PACA est selon l'Insee la région française dans laquelle le nombre de divorces par habitant est le plus fort. Les départements des Bouches-du-Rhône ou encore du Var sont particulièrement touchés par les ruptures d'union. Dans bien des cas au moment du divorce, le montant d'une pension alimentaire est fixé. Cette pension doit être versée par l'ex-conjoint qui n'a pas le ou les enfants à charge. Une aide financière bienvenue pour beaucoup de parents seuls avec leurs enfants. Mais bien souvent, cette pension n'est pas versée régulièrement, voire pas versée du tout. Dans les Bouches-du-Rhône, plus de 27.000 personnes, surtout des femmes seules, sont obligées de se tourner vers la CAF car leurs ex-conjoints refusent de leur verser cette pension alimentaire. Dans le Var, on atteint un chiffre supérieur à 10.000 personnes. 

Un chiffre d'autant plus impressionnant chez nous qu'on parle de 300.000 pensions alimentaires non versées dans toute la France. Et encore, on estime que l'aide de la CAF (115,30 euros par enfants) n'est pas demandée par une personne seule sur six qui en aurait pourtant le droit...

Jusqu'à deux années d'emprisonnement pour abandon de famille 

Selon le Code pénal, ne pas verser une pension alimentaire plus de deux mois consécutifs peut être condamné à deux ans de prison et 15.000 euros d'amende pour "abandon de famille". "La justice commence à sévir de plus en plus, mais la condamnation est encore extrêmement rare en cas de non-versement de pension alimentaire", explique maitre Isabelle Terrin, spécialiste du droit de la famille à Marseille. 

"Beaucoup de femmes comme moi décident de se taire et de privilégier le lien avec le père." Dorothée, quatre enfants à charge

D'autant que beaucoup de femmes ne souhaitent pas entamer des poursuites judiciaires. C'est le cas de Dorothée, quatre enfants à charge à Aix-en-Provence : "Beaucoup de femmes comme moi décident de se taire et de privilégier le lien avec le père pour que les enfants grandissent dans le meilleur des mondes. Mais ce qu'elles ne disent pas, c'est que sans cette pension alimentaire, beaucoup d'entre nous touchent le fond.

Le gouvernement envisage de créer une agence publique qui viendrait suppléer les Caisses d'allocations familiales. Elle servirait d'intermédiaire entre les deux conjoints pour s'assurer du bon versement de la pension.