Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

En Saône-et-Loire, le chef Jérôme Brochot renonce à son étoile

mardi 21 novembre 2017 à 18:11 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Jérôme Brochot a décidé de rendre son étoile au Michelin. Le chef à la tête du restaurant Le France, à Montceau-les-Mines, renonce à cette distinction obtenue en 2005. Une décision très difficile à prendre pour ce passionné, qui évoque la situation économique et compliquée de la ville.

Le chef Jérôme Brochot, à gauche, lors du brunch des Halles à Dijon en juillet 2016
Le chef Jérôme Brochot, à gauche, lors du brunch des Halles à Dijon en juillet 2016 © Radio France - Jacky Page

Montceau-les-Mines, France

Il renonce à son étoile, le cœur serré. Jérôme Brochot, le chef du restaurant étoilé, Le France à Montceau-les-Mines, a dû s'y résoudre, faute d'une clientèle suffisante. Il a donc adressé un courrier au Guide Michelin pour leur expliquer son choix, "c'est aujourd'hui très difficile d'exploiter cette étoile en raison de la situation économique de la ville. J'ai encore appris la semaine dernière, la disparition de quatre entreprises , c'est énorme ! Donc ça devient très difficile car il y a moins de repas d'affaires, et moins de clients."

Continuer à faire une cuisine de qualité, mais plus simple

"Alors plutôt que de mettre en danger mon entreprise et mon personnel, je préfère renoncé à cette étoile, mais bien sûr que c'est difficile quand on est un passionné comme moi !"

Le chef entend bien continuer à faire une "cuisine de qualité avec les produits qu'ils affectionnent comme l'AOP Bœuf de Charolles et l'AOP Volaille de Bresse mais aussi conserver mes fournisseurs de légumes". Pour proposer une cuisine moins élaborée, "plus simple" précise le chef, avec des prix autour de 17 à 20 euros le midi et entre 27 et 35 euros le soir. Avec l'espoir, dit-il, de "décrocher dès l'année prochaine un Bibendum rouge, signe de bon rapport qualité prix".

→ Son interview est à écouter ce mercredi 22 novembre 2017 à 7H25 et à 8H50 sur les ondes de France Bleu Bourgogne.