Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

En Touraine, un bus vient en aide aux créateurs d'entreprises bousculés par le Covid

-
Par , France Bleu Touraine

Hausse du chômage, intérim qui dégringole, entreprise qui n'y arrivent plus... Le contexte économique et social est compliqué et cela devrait empirer dans les semaines et mois à venir. Alors en Touraine, un bus de la création d'entreprise parcours le territoire pour venir en aide aux entrepreneurs.

En ce jeudi 16 juillet, le "BGE bus" fait étape Amboise, dans le quartier Malétrenne, avant de poursuivre sa route en Touraine.
En ce jeudi 16 juillet, le "BGE bus" fait étape Amboise, dans le quartier Malétrenne, avant de poursuivre sa route en Touraine. © Radio France - Théo Hetsch

Entre les barres d'immeubles, le mini-bus et son drapeau bleu tranchent sur les façades grises. En ce jeudi 16 juillet, le "BGE bus" fait étape Amboise, dans le quartier Malétrenne. A l'intérieur, un petit espace de discussion a été aménagé avec une table (divisée par une vitre en plexiglas, pour respecter les mesures sanitaires...) et même une machine à café. Elisabeth est en plein entretien, elle veut monter sa micro-entreprise. "Je souhaite créer un spa et un salon de massage pour tous les publics" explique la jeune femme qui habite dans ce quartier, classé prioritaire. "Je souhaiterais l'installer à Amboise ou Nazelles, mais je ne suis pas encore très sûre de mon projet et si je peux le financer".

Projets de création d'entreprise retardés à cause du coronavirus

Bref l'idée est là. Elisabeth est prête à se lancer... mais c'était sans compter sur le Covid-19. C'est là qu'intervient Nathalie Legeard, chargée de mission chez BGE, réseau d'aide aux entreprises. "Elisabeth termine sa formation mais elle doit encore effectuer un dernier stage dans un institut pour pouvoir pratiquer. Or _la quasi-totalité des établissements du secteur sont encore fermés par mesures sanitaires_, donc on a essayé de chercher un peu plus loin. Et puis je lui ai proposé de retravailler sur son CV pour donner un peu plus envie" explique la chargée de mission.

L'entretien va durer une bonne heure : diagnostic du projet, début d'étude de marché et de business plan ou encore étude de son prochain statut. "E_lle est intéressée par le statut d'autoentrepreneur_, donc nous sommes allés sur le site de l'Urssaf voir les documents sur ce statut. C'est une première étape dans ce projet" explique-t-elle.

A l'intérieur, un petit espace de discussion a été aménagé avec une table et même une machine à café. Ici, Elisabeth (dos) présente son projet à Nathalie Legeard, chargée de mission chez BGE.
A l'intérieur, un petit espace de discussion a été aménagé avec une table et même une machine à café. Ici, Elisabeth (dos) présente son projet à Nathalie Legeard, chargée de mission chez BGE. © Radio France - Théo Hetsch

Beaucoup d'urbains pourraient "se mettre au vert" et créer leur entreprise en Touraine dans les mois à venir

Une première étape avant peut-être de se lancer dans l'entrepreneuriat. Elisabeth est loin d'être la seule. Les créations d'entreprises ont retrouvé tout récemment leur niveau d'avant-crise. Les travailleurs indépendants sont loin d'être découragés par la crise actuelle, bien au contraire. De nombreux urbains ont profité du confinement pour réfléchir à leur idée d'entrepreneuriat et à leur reconversion, raconte Nathalie Legeard. Elle a remis en route son bus depuis le 1er juillet et elle a beaucoup de nouveaux profils.

J'ai pas mal de gens qui veulent se reconvertir, des urbains qui sont partis des grandes villes et qui sont arrivés en Touraine".

"Ils veulent une vie plus proche de la nature, de la santé. Ils veulent pouvoir profiter de la campagne avec une activité qu'ils auront choisi et même créée. Il y a par exemple des gens qui veulent aménager un champ à côté de chez eux pour y cultiver des arbres fruitiers et produire des compotes, ou alors d'autres qui souhaitent aménager leur grange en gîte ou en chambre d'hôtes, ou bien encore des personnes qui veulent monter leur micro-brasserie. Il y a un vrai élan".

Si cela vous intéresse, le "BGE bus" continue sa tournée en Touraine. Il sera le 21 juillet à Ligueil (place du général Leclerc), le 22 juillet à Nouzilly (place du commerce) ou encore le 23 juillet à Panzoult / L'Île Bouchard. Toutes les dates sont à retrouver sur le site du réseau BGE en Touraine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess