Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

En trois ans, les "emplois d'avenir" sarthois ont bien grandi

vendredi 13 novembre 2015 à 17:43 - Mis à jour le vendredi 27 novembre 2015 à 18:54 Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine

RETOUR SUR INFO - C'est le principal dispositif pour l'emploi depuis l'élection de François Hollande. Les "emplois d'avenir" sont 1 100 dans le bassin d'emploi du Mans. Trois ans après la signature des premiers contrats, les bénéficiaires ont effectivement acquis une expérience professionnelle.

Bacar Halidi s'occupe depuis trois ans des réseaux de la mission locale.
Bacar Halidi s'occupe depuis trois ans des réseaux de la mission locale. © Radio France - Alexandre Chassignon

L'avenir ne lui fait pas peur. Premier signataire d'un emploi d'avenir en Sarthe, le 8 novembre 2012, Bacar Halidi va encore travailler six mois à la maison de l'emploi. Son contrat a été prolongé pour lui permettre de terminer sa formation. Un diplôme en maintenance des réseaux informatiques qui, il l'espère, lui permettra de trouver du travail dans n'importe quelle entreprise.

C'est toute la logique des "emplois d'avenir", lancés dans la foulée de l'élection de François Hollande. Le dispositif s'adresse aux moins de 25 ans, en particulier les moins bien formés, ceux qui viennent des quartiers à la réputation la plus négative, ceux qui manquent d'expérience professionnelle. Ces contrats de trois ans sont pour beaucoup un premier travail accompagné d'une formation qui les valorisera sur le marché de l'emploi. L'Etat paye 75% de la facture pour les employeurs publics.

"J'ai beaucoup appris" - Bacar Halidi

Presque tous ces contrats sont passés par la Mission locale, où l'on reconnaît avoir rencontré quelques difficultés, les premiers mois. "Le dispositif faisait peur", résume Etienne Lagarrigue, responsable du service emploi à la mission locale du Mans, "à cause du public concerné mais aussi de la paperasse".

La mission locale a donc davantage pris en charge cet aspect, par exemple en présélectionnant une poignée de candidats,  pour chaque poste. En moins de trois ans, 1 100 contrats d'avenir ont ainsi été signés dans le bassin d'emploi du Mans.

Trois ans pour apprendre un métier

Le dispositif a eu un effet sur les chiffres du chômage : le nombre de Sarthois de moins de 25 ans inscrits à Pôle emploi a légèrement baissé entre janvier 2013 et juillet 2015 (5 550 inscrits en catégorie A au lieu de 5 600), malgré la nette hausse du chômage.

Certains contrats sont transformés en CDI. Par exemple, aux JS Coulaines, le poste d'éducateur sportif où Daniel Soares a "appris ce métier". Il le poursuivra donc à partir de janvier prochain, après la fin de son contrat.

Au moins six des 68 emplois d'avenir actuellement employés par la ville et la métropole du Mans seront aussi pérennisés.