Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

En Vendée, le tourisme frappé de plein fouet par le confinement

-
Par , France Bleu Loire Océan

C'est une catastrophe pour le secteur du tourisme. Avec le confinement, les professionnels ratent le lancement de la saison et craignent que les difficultés se poursuivent cet été.

Un cycliste à l'île d'Yeu en Vendée en mars 2019
Un cycliste à l'île d'Yeu en Vendée en mars 2019 © Radio France - Sixtine Lys

En Vendée, trois semaines après le début du confinement, les dettes s'accumulent dans les 110 000 hôtels, campings, gîtes du département, mais aussi dans les restaurants, les zoos, les parcs aquatique et d'attractions, tous fermés. Dans certains établissements, l'argent continue de sortir des caisses pour payer les salaires des agents d'entretien, pour financer les travaux... 

Sans pouvoir les amortir. "On a rénové douze chambres cet hiver", explique Muriel Gondin, cogérante de l'hôtel de l'Océan à Jard-sur-Mer, "qu'on a ouvert le 14 mars au matin et fermé le 14 mars au soir". En cent ans, l'établissement familial n'a jamais fermé en cette période, même pendant la guerre 

Le zoo de Mervent en grande difficulté

Le zoo de Mervent n'accueille plus de public, mais doit continuer de nourrir et de soigner les bêtes. "C'est une catastrophe", affirme Sébastien Laurent, le directeur. "On a déjà eu des mois de pluie cet hiver, des inondations, là, ça tombe très mal", explique-t-il. Le parc zoologique fait d'habitude 7.000 entrées au mois d'avril. 

Sans visiteur et "avec les frais de fonctionnement, les 8.000 euros de nourriture par mois, les salaires des soigneurs, le remboursement des emprunts... On perd de février à mai 280.000 euros", déplore-t-il. Une perte multipliée par trois dans l'autre zoo qu'il dirige, à la Boissière, en Loire-Atlantique, bien plus grand.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu