Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alors que le trafic passagers s'effondre sur le port de Caen, les manutentions de marchandises se maintiennent

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Une année 2020 en demi teinte sur le port de Caen. La pandémie de Covid a fortement impacté le trafic passager à la gare maritime de Ouistreham, alors que le fret garde un niveau correct. Quant au port de commerce, avec 600.000 tonnes manutentionnées, son activité se maintient.

Alors que le trafic passager transmanche a été durement impacté à Ouistreham, le trafic de marchandises s'est maintenu sur le port de Caen.
Alors que le trafic passager transmanche a été durement impacté à Ouistreham, le trafic de marchandises s'est maintenu sur le port de Caen. - CCI Caen Normandie

C'est une année totalement inédite qui vient de vivre le port de commerce de Caen-Ouistreham. Le trafic se tasse de 4,8% avec un tonnage global tout juste sous la barre de trois millions de tonnes. Mais les choses sont bien différentes entre ce qui se passe en amont, sur les quais de déchargement de Blainville-sur-Orne, et en aval, sur le terminal transmanche de Ouistreham.

Une baisse du trafic passager de près de 70%

L'activité transmanche a été particulièrement impactée par la crise sanitaire. Le trafic passager enregistre une baisse inédite de 67%. "C'est historique, souligne Gérard Delaunay, vice président de la CCI de Caen en charge des activités portuaires, avec 300.000 passagers transportés en 2020, contre 900.000 en 2019, nous voilà revenus 34 ans en arrière, au même nombre de passagers que lors du lancement de la ligne en 1986". Une mauvaise nouvelle qui vient contrebalancer les chiffres du fret. Grâce à l'arrêt des liaisons de la Britanny ferries sur les ports de Cherbourg et du Havre, le trafic s'est reporté sur Caen, ce qui lui a permis de se maintenir à son niveau annuel de 100.000 camions transportés.

Hausse du trafic de céréales et d'engrais

Le port de commerce enregistre lui une hausse de 20% de son activité avec 600.000 tonnes manutentionnées. Les trafics de céréales et d'engrais ont particulièrement bien marché. De nouveaux trafics sont également apparus dans les bois exotiques, avec des chargements de grumes de peupliers vers le Maroc. 

Le Brexit a nécessité des investissements lourds

Le port de Caen a également dû s'adapter pour faire face au Brexit. D'importants investissements d'un montant d'un million d'euros ont été réalisés notamment à la gare maritime pour l'accueil des passagers, mais aussi pour contrôler les marchandises animales et végétales. "Un poste de contrôle frontalier accueillant le Service d'Inspection Vétérinaire et Phytosanitaire aux frontières a été créé", explique Antoine de Gouville, directeur des équipements portuaires. Le port a également lancé un chantier d'envergure pour moderniser les réseaux d'assainissement du terminal de Blainville. Investissement lourd de plus de 5 millions d'euros. 

L'activité portuaire globalement déficitaire de 500.000 euros en 2020

Avec tous ces investissements, et le manque à gagner lié notamment à la baisse du nombre de passagers, "le bilan financier du port de Caen devrait être déficitaire, reconnait Gérard Delaunay, avec une perte de l'ordre de 500.000 euros, ce qui ceci dit doit être relativisé. C'est tout à fait supportable au regard de notre chiffre d'affaires".

Tous croisent les doigts pour que l'horizon s'éclaircisse en 2021. Mais pour l'instant, en plus du Covid, un gros nuage appelé Brexit continue d'encombrer le ciel normand. "Pour l'instant on constate des volumes faibles sur le fret, moins 20% par rapport en janvier 2020, indique Antoine de Gouville. Le directeur l'explique "par un phénomène de surstockage fin 2020, un stock qui doit maintenant finir de s'écouler. Les entreprises sont également dans une forme d'attentisme face aux nouvelles formalités douanières. Quant aux professionnels du dédouanement, ils sont pour l'instant débordés".

Inattendu dans le port de Caen, l'hivernage prolongé de quatre navires de passagers

Le ferry le Barfleur est à l'arrêt, à quai depuis le premier confinement. Ainsi que trois paquebots : le Word Odyssey, le plus gros paquebot jamais reçu dans le port de Caen, arrivé début mai, et deux navires de la compagnie Ponant arrivés eux fin octobre. Quant à la plaisance, on constate globalement une baisse du nombre de bateaux accueillis dans les ports gérés par le CCI - Caen, Ouistreham et Dives-Cabourg-Houlgate - mais des visiteurs qui sont restés plus longtemps en nombre de nuitées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess