Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : entre impatience et interrogations, les commerçants se préparent au 11 mai

-
Par , France Bleu Isère

Le Premier Ministre Edouard Philippe l’a confirmé : les commerces (or cafés et restaurants) pourront rouvrir dès le 11 mai sous réserve de respecter les mesures sanitaires. Alors les commerçants grenoblois s’équipent en matériel de protection et espèrent que la clientèle sera bien au rendez-vous.

illustration
illustration © Maxppp - Patrick Lefevre

Il est un type d'établissement dont tout le monde attend la réouverture : le salon de coiffure. Les mèches n'ayant pas connu de trêve, les habitués ont déjà pris contact avec les pros du ciseau. "J'ai réouvert mon planning de rendez-vous la semaine dernière explique Émilie Soyeux, et la première semaine (celle du 11 mai) est déjà pleine à craquer." Cette Grenobloise a même dû étendre les horaires de son salon de coiffure : plus de jour repos le lundi et le mercredi, et des coupes de 8 heures à 20 heures. Elle se dit pressée de reprendre, d'abord pour renflouer les caisses qui n'ont pas été approvisionnées depuis le 17 mars, mais aussi parce que "le lien social" commence à lui manquer.

Alors d'ici le 11 mai, et alors qu'elle n'a pas reçu de directives claires, elle s'équipe : elle a prévu des capes en plastique jetables pour les clients, des masques et des visières pour elle et son employée. Et puis il faudra limiter le nombre de clients présents à l'intérieur sur salon. À deux semaines de la reprise, cette jeune mère de famille se dit partagée entre l'impatience de la réouverture et l'inquiétude de ramener le virus à la maison...

Des créneaux horaires sur rendez-vous ? 

Comme les cheveux, le pieds des enfants ont continué à pousser depuis le début du confinement. Pour répondre aux besoins de ses clients, Christine Ponchaud, responsable de la boutique Bambinos à Grenoble, propose depuis un mois et demi des livraisons à domicile. Elle se déplace jusqu'à Crolles... à vélo ! Elle a ainsi réussi à maintenir une petite partie de son activité - à peine 10%. Alors elle aussi attend le 11 mai avec impatience, et se prépare. "On va aménager différemment le magasin pour faire des espaces d'essayage bien séparés les uns des autres, détaille Christine Ponchaud, et on n'aura que quelques personnes à la fois dans le magasin. On s'adaptera : est-ce qu'il faut proposer des créneaux horaires sur rendez-vous pour rassurer certaines personnes ? Est-ce qu'il faut organiser nos journées différemment? En ce moment ça cogite !" 

La clientèle de retour le 11 mai ? 

Autre interrogation de cette commerçante : la clientèle répondra-t-elle présente dès le 11 mai ? Une question que se pose aussi Christian Hoffmann, président "Label Ville", la fédération des unions commerciales de Grenoble (environ 800 commerces). Les clients craindront peut-être de revenir en ville, et puis "les gens ont pris l'habitude aussi d'aller acheter dans les grandes enseignes, dans les grandes surfaces, depuis deux mois, il va falloir les réadapter". Sans compter les achats sur internet... Au moment de la reprise de l'activité, tout le monde ne sera pas logé à la même enseigne reconnait-il : ce sera peut-être un peu plus facile pour les salons de coiffure, sans doute moins pour l'habillement. Les vêtements essayés mais non achetés par exemple, comment faudra-t-il les nettoyer ? Les clients risquent d'être attentifs à ce genre de détails. "Il y aura de la casse", déplore Christian Hoffmann qui pense surtout aux cafetiers et restaurateurs. Eux qui ne pourront pas rouvrir le 11 mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess