Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Entre résignation et détermination, les cheminots de Rouen s’apprêtent à entamer le "dernier" épisode de la grève perlée

lundi 25 juin 2018 à 20:27 Par Tommy Cattaneo, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le mouvement des cheminots avait commencé au début du mois d'avril. Trois mois plus tard, la loi sur la réforme de la SNCF a été adoptée. Il n'y a pas eu de recul du gouvernement comme l'avaient espéré les syndicats, qui sont désormais divisés sur la suite à donner au mouvement.

La CFDT et l'Unsa ont décidé de ne pas poursuivre le mouvement de grève, à l'inverse de la CGT.
La CFDT et l'Unsa ont décidé de ne pas poursuivre le mouvement de grève, à l'inverse de la CGT. © Radio France - Tommy Cattaneo

Rouen, France

Un nouvel épisode de grève à la SNCF commence à partir de ce mardi soir.  C'est reparti pour deux jours de galère pour les usagers, mais qui sont peut-être les derniers. Les syndicats de cheminots s'étaient mis d'accord pour une grève perlée jusqu'au 28 juin, et le 28 juin, c'est jeudi. La CGT a déjà appelé à poursuivre le mouvement pendant les grandes vacances, mais pas les autres syndicats comme l'Unsa ou la CFDT.

"On s'est bien fait avoir" - Un cheminot en gare de Rouen.

"C'est du gâchis", lâche sans détour un cheminot rencontré sur le quai de la gare de Rouen, gilet orange sur les épaules et casquette blanche sur la tête. "On s'est bien fait avoir", poursuit-il, lui qui a fait 21 jours de grève. "C'est sûr que ça fait un gros manque à gagner", enchaîne Nicolas, lui aussi cheminot et membre du syndicat FO, pas représentatif à la SNCF. "J'ai fait 31 jours de grève au total, sur trois ça représente bien un mois et demi de salaire, plus de 2 000 euros."

"Bien sûr je suis aussi frustré par le manque de considération du gouvernement, il n'y a même pas de dialogue, c'est on décide et on fait." Le syndicaliste est bien conscient des désagréments subis par les voyageurs, mais il assure que si les cheminots avaient pu faire circuler les trains sans faire payer les usagers, ils l'auraient fait. "Seulement c'est impossible du point de vue de la sécurité, quand les gens achètent leurs billets c'est aussi une assurance en cas de problème, et ça nous permet de savoir combien de personnes sont à bord des trains."

Continuer pour peser sur les négociations à venir avec l'organisation patronale du ferroviaire

Deux autres cheminots ne veulent pas s'étendre sur le sujet de la grève. "J'ai fait une journée de grève", confie une Rouennaise. "Après ce n'est pas parce qu'on ne fait pas grève qu'on n'est pas d'accord avec le mouvement."

D'ailleurs, la CGT ne continue pas "pour rien" selon le syndicat. Il entend peser sur les négociations à venir avec l'Union des transports publics et ferroviaires, au sujet de la convention collective, et donc du statut, des cheminots.