Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

ENTRETIEN - Jean-Dominique Senard, président de Renault en visite à Douai : "cette usine a un avenir formidable"

-
Par , France Bleu Nord

Nommé en janvier, le nouveau président du groupe Renault, Jean-Dominique Senard, était en visite à l'usine Georges-Besse, à Douai, ce jeudi après-midi. Nous avons pu nous entretenir avec lui, de l'avenir de l'usine douaisienne, des futurs véhicules électriques, mais aussi de l'Alliance.

Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault, était en visite ce jeudi après-midi à l'usine Renault de Douai.
Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault, était en visite ce jeudi après-midi à l'usine Renault de Douai. © Radio France - Cécile Bidault

Douai, France

Pourquoi être venu dans cette usine Georges-Besse, à Douai, usine qui fêtera ses 50 ans en 2020 ?

C'est un site historique de Renault, qui a vécu des années extraordinaires dans le passé, allant jusqu'à fabriquer plus de 460 000 voitures. C'est un site qui est en train de vivre une période de transition extrêmement sensible. Les marchés automobiles baissent, ce n'est pas un cycle positif. En plus, la catégorie de véhicules fabriqués ici a tendance à baisser. Je suis donc venu apporter des encouragements, parce que je crois que Douai a un avenir formidable, qui est en train de se préparer en ce moment, avec le projet de véhicules électriques.

Peut-on en savoir plus sur cette nouvelle production de véhicules électriques : quand ? combien ?

Quand : ce sera 2021. Combien : je ne peux pas être précis. Personne ne sait aujourd'hui quel sera le modèle dominant dans dix ans. ll y aura de l'électrique, de plus en plus. Il y aura de l'hybride. De l'hydrogène. Il y a devant nous un choix technologique impressionnant. Quel que soit le modèle qui domine, il faut qu'on y soit.

Anticiper les réductions d'effectifs

La production de véhicules électrique nécessite 30% de main d'oeuvre en moins : les salariés de Renault Douai doivent-ils s'inquiéter ?

Ces technologies entraînent des réorganisations, mais il n'y a pas que l'électrique, le digital est un autre exemple. Pour moi, la question n'est pas de se dire "renonçons". Il faut anticiper pour les équipes qui pourraient être concernées par ces réductions d'effectifs, ce n'est pas la peine de les cacher, elles existent. Quand on investit dans la formation, ça se passe très bien. Quand on fait l'autruche, on provoque des problèmes sociaux. Donc tâchons de réussir tous ensemble, sinon on pourra se considérer comme responsables.

Il n'y a pas d'avenir hors l'Alliance

Le groupe Renault sort d'une période de turbulences, avec la mise en examen au Japon de votre prédécesseur, Carlos Ghosn, est-ce qu'aujourd'hui vous sentez le groupe et ses salariés apaisés ?

Je les sens apaisés, mais c'est trop tôt pour dire définitivement apaisés. L'Alliance Renault-Nissan-Mistubishi va connaître un second souffle, elle est en train de s'orienter vers l'avenir avec une force qu'on n'a pas connue depuis longtemps.  Les trois entreprises vont changer de patron dans les semaines qui viennent. Dans les prochains mois, on va accélérer l'Alliance, qui a un potentiel phénoménal. On n'a pas le choix. Les équipes le savent très bien : il n'y a pas d'avenir hors l'Alliance. Ce serait dommage qu'on ait l'impression de régresser. Mais je crois que nous sommes en train de repartir dans un cercle vertueux. 

ECOUTEZ : entretien avec Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu