Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Environ 400 gilets jaunes manifestent au Mans

samedi 24 novembre 2018 à 16:58 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

Tandis que certains sont restés sur les ronds points en périphérie du Mans, plusieurs centaines de gilets jaunes manifestent ce samedi après-midi en centre-ville. Une "marche citoyenne" partie de la préfecture, visant les services publics car ''ils représentent l'Etat".

Le cortège a traversé une partie du centre-ville
Le cortège a traversé une partie du centre-ville © Radio France - Bertrand Hochet

La mobilisation des gilets jaunes, en Sarthe, prend ce samedi une forme plus classique avec l'organisation d'une marche partie de la préfecture et ayant pour étapes différents lieux d'implantation des services publics : centre des impôts, mairie, Banque de France (finalement les manifestants ne s'y sont pas arrêtés). "Les services publics, c'est l'Etat", argumente Thierry, l'un des leaders de cette marche. "Or nous visons Macron et c'est lui le référent de l'Etat". Cette "marche citoyenne" est un "repérage, une mise en garde", prévient le Manceau : "la semaine prochaine nous prévoyons d'occuper ces différents lieux".

L'effet limité des barrages 

De fait, les gilets jaunes semble avoir, dans leur majorité, compris que les blocages des routes n'étaient pas une forme d'action susceptible de rester populaire longtemps :"empêcher les gens de travailler, c'est fini!",  assure Thierry. "Je suis très réservé sur ce genre de méthodes", renchérit Jean-Claude, venu de Beaufay : "embêter les autres, ça ne sert à rien". De plus un défilé classique "permet de mieux faire passer nos messages", veut croire Denis. "Nous, les Sarthois, nous ne sommes pas belliqueux", estime le retraité, tout en reconnaissant que ce mouvement des gilets jaunes doit s'inscrire dans le temps pour se faire entendre : "ça ne va pas faire en trois minutes. Il va falloir être patients!"