Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Éoliennes au Tréport : 2.000 emplois annoncés mais des opposants toujours mobilisés

Le ministère de l’Écologie annonce ce mercredi que le consortium mené par GDF Suez a été choisi pour construire deux parcs éoliens offshore au large des côtes françaises. Au Tréport, où un parc de 62 éoliennes devrait voir le jour, les opposants restent nombreux même si les retombées économiques d'un tel projet sont plébiscitées par les élus régionaux.

Des éoliennes en mer
Des éoliennes en mer © Fotolia

Les éoliennes construites au large du Tréport, en Seine-Maritime, pourront produire l'équivalent de la consommation d'électricité d'une ville comme Bordeaux. GDF Suez et Areva, qui viennent de remporter le second appel d'offres lancé par le ministère de l'Écologie, annoncent la construction de 62 éoliennes de 8 megawatts chacune. EDF et Alstom défendait également un projet mais pour la région Haute-Normandie, ce choix de l'alliance GDF Suez - Areva pour la construction et l'exploitation de ces parcs éoliens "offshore" est une très bonne nouvelle en terme d'emplois. Au Havre, Areva devrait construire deux usines pour la construction des pales et des turbines du Tréport.

2.000 emplois industriels au Havre

Cela représenterait 2.000 emplois industriels. D'autres retombées économiques sont attendues par ailleurs dans la région. D'où l'enthousiasme des présidents des conseils régionaux de Haute-Normandie et de Picardie après cette annonce. Le Normand Nicolas Mayer-Rossignol évoque une "victoire pour la Haute-Normandie ", le Picard Claude Gewerc salue "une bonne nouvelle pour le climat et pour l'emploi ". 

"Hautes comme la Tour Eiffel"

Le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, explique "ce sont des machines presque hautes comme la Tour Eiffel ". Et il veut rassurer les opposants mobilisés depuis plusieurs années au Tréport et dans la station balnéaire voisine de Mers-les-Bains. Selon lui, ces éoliennes seront distantes d'un kilomètre les unes des autres et cela permettra de "laisser passer les bateaux, en particulier les pêcheurs ".

Éoliennes au Tréport : précisions de Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez

Pourtant, le maire de la ville estime que "tout ce qui porte atteinte à la pêche est une source d'inquiétude " et il ajoute que "c'est une barrière visuelle pour les touristes qui ne viennent pas au Tréport pour voir des moulins à vent ." Les communes du Tréport et de Mers-les-Bains pourraient déposer des recours.

Éoliennes au Tréport : réaction du maire du Tréport, Alain Longuent

De la même façon, le président de l'association "Sans éoliennes offshore" annonce déjà son intention de continuer à se battre contre le projet. Gérard Billon estime que rien n'est joué.

Éoliennes au Tréport : réaction de Gérard Billon, association "Sans éoliennes offshore"

La construction de ces éoliennes est encore soumise à conditions. Plusieurs études doivent être menées avant que le chantier commence réellement au large du Tréport et de Mers-les-Bains. Leur mise en service est annoncée pour 2023.

À lire aussi : Énergies marines : un vent nouveau pour l'économie en Normandie

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess