Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

EPR de Flamanville : le conseil d'Etat examine un recours contre le feu vert donné à la cuve du réacteur

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

La justice examine ce mercredi un recours de quatre associations anti-nucléaires contre l'autorisation donnée par l'ASN à la mise en route de la cuve de l'EPR de Flamanville (Manche) sur laquelle de nombreuses anomalies ont été relevées.

"le feu vert n'aurait jamais du être donné à la mise en service de la cuve disent les anti-nucléaires
"le feu vert n'aurait jamais du être donné à la mise en service de la cuve disent les anti-nucléaires © Radio France - Delphine Simon

Flamanville, France

L'EPR de Flamanville à nouveau sous les feux de l'actualité. Audience ce mercredi 3 juillet devant le Conseil d'Etat qui examine le recours de 4 associations (Le Réseau “Sortir du nucléaire“, Greenpeace France, le CRILAN et STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs) contre le feu vert donné par l'ASN pour la mise en route de la cuve de l'EPR de Flamanville.  Le recours déposé en novembre 2018 . 

Des défaillances nombreuses

Une cuve sur laquelle de nombreuses anomalies ont été relevées, dans les composants de l'acier du couvercle et les fameuses soudures défectueuses. L'autorité de sûreté nucléaire qui exige aujourd'hui les réparation pour 8 d'entre elles, situées dans l'enceinte de confinement du réacteur. 

Mais il y a quelques mois, en septembre 2018, l'ASN avait pourtant autorisé la mise en service de la cuve, malgré ses défaillances. Les risques sont limités assure le gendarme du nucléaire imposant quand même une limite dans le temps et des contrôles à mettre en place. 

Un risque inacceptable

Des mesures de surveillance ne compenseront jamais ses défauts disent les associations. Le feu vert n'aurait jamais du être donné, c'est un risque inacceptable pour les populations disent les anti-nucléaires. Ils avaient aussi déposé un recours toujours devant le conseil d'Etat contre le décret autorisant la création de l'EPR. Ils ont été retoqués en mars dernier.

Cette nouvelle affaire est examinée ce mercredi à partir de 14h, au Conseil d’État.