Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Escout : l'usine STI détruite par un incendie

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Malgré les évacuations préventives des habitants aux alentours, samedi soir, les analyses des flammes n'ont démontré aucun signe de toxicité.

L'usine STI d'Escout a été ravagée par un incendie dont l'origine reste inconnue. Ses 16 salariés sont au chômage technique.
L'usine STI d'Escout a été ravagée par un incendie dont l'origine reste inconnue. Ses 16 salariés sont au chômage technique. © Radio France - Marion BOTHOREL

"On ne peut pas bien dormir après avoir vu ça". Le directeur général de STI, Pierre Aubert, est visiblement ému, devant son usine consumée par les flammes. 

Samedi 30 janvier, dans l'après-midi, Pierre Aubert est prévenu que son usine brûle Des habitants d'Escout ont d'abord senti une forte odeur de plastique brûlé, avant de constater qu'un gros nuage de fumée noire se dégage des bâtiments de STI. 

Soixante pompiers vont lutter contre l'incendie jusque tard dans la nuit. Ils rassurent aussi les riverains : STI produisant des pièces en chrome pour l'aéronautique, il y avait des doutes quant à la toxicité de la fumée

70 personnes ont été évacuées par prévention mais quelques heures seulement, avant que des analyses donnent le feu vert, pour leur retour à domicile. 

Au lendemain de l'incendie, le directeur général de STI est soulagé qu'aucun salarié n'ait été présent lorsque le feu s'est déclaré. Mais s'inquiète des dégâts : "on est abattus, le site est complètement détruit et inexploitable. Il va falloir trouver des solutions pour rebondir." 

Les 16 salariés du site sont au chômage technique. Une enquête est menée par la gendarmerie pour déterminer les causes de l'incendie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess