Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Essais du sous-marin nucléaire Suffren : le bâtiment multiplie les sorties au large de Cherbourg

-
Par , France Bleu Cotentin

La campagne d’essais du Suffren, premier sous-marin nucléaire d’attaque de la classe Barracuda, vient de débuter au large de Cherbourg un peu moins d'un an après sa sortie des ateliers de Naval Group.

Le sous-marin Suffren lors de ses premiers essais au large de Cherbourg
Le sous-marin Suffren lors de ses premiers essais au large de Cherbourg © Radio France - Naval Group

La livraison du Suffren est prévue cette année à la Marine nationale. Au total, six bâtiments de la classe Suffren équiperont la Marine nationale d'ici à 2030. D'où l'importance des essais débutés ces derniers jours en condition de navigation pour le premier né des sous-marins de la classe Barracuda. 

Tester l'étanchéité, les systèmes de combats et bien d'autres caractéristiques du bâtiment

Cette série d’essais à la mer fait suite à l’allumage de la chaufferie nucléaire qui a eu lieu en décembre 2019 et aux essais à quai effectués depuis le lancement du sous-marin le 12 juillet 2019. Les opérations réalisées en nef d’intégration, au bassin à sec, puis en eau, sous la conduite des équipes de Naval Group, TechnicAtome et des autorités étatiques, ont permis de tester préalablement les équipements et systèmes, notamment son système de combat.

Les opérations qui viennent de débuter permettent de s’assurer notamment de l’étanchéité en immersion et de la manœuvrabilité du navire, des performances du système de combat, des armes tactiques et de tous les équipements de haute technologie embarqués dans cette nouvelle génération de sous-marin nucléaire d’attaque et enfin de ses capacités opérationnelles.

Embarquement à bord limité pour éviter toute contagion liée au Covid

Les essais du SNA Suffren sont une priorité pour le ministère des Armées mais se doivent d'être conduits dans le respect des mesures de prévention sanitaire mises en oeuvre pour contenir la crise liée au Covid-19. Ainsi, des mesures de quatorzaine préventives et des tests de dépistage ont été pratiqués sur l’ensemble des équipes industrielles, militaires et étatiques prenant part aux essais en mer, et le nombre de personnes embarquées à bord du sous-marin a été revu à la baisse d'environ 20%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess