Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

VIDÉO - Quarante migrants évacués du camp de la porte de la Villette refusent de descendre de leur bus

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Une quarantaine des 400 migrants évacués ce mardi 4 février d’un camp porte de la Villette dans le nord-est de Paris, refusent de descendre du bus qui les a emmenés dans un CAES, un centre d’accueil et d’examen de la situation en Essonne.

Le camp de migrants de la porte de la Villette a été évacué.
Le camp de migrants de la porte de la Villette a été évacué. © Maxppp - Julien Mattia

Le bus est resté 8h30 devant le centre d’accueil et d’examen de la situation (CAES) de Ris-Orangis, en Essonne, où les migrants devaient être déposés ce mardi 4 février. Car le plan de la préfecture de police en charge du démantèlement du camp de la porte de la Villette ne s’est pas passé exactement comme prévu. En effet, une quarantaine des 400 migrants évacués a refusé de descendre du car, exigeant d’être ramené à Paris.

Remis à la rue dans deux jours

Les migrants n’ont pas eu le choix de monter dans les bus de la préfecture de police ce mardi matin, vers 4h. L’intervention des forces de l’ordre n’étant pas une simple "mise à l’abri" mais bien un démantèlement du camp. Ces jeunes hommes ont donc accepté de quitter le camp mais refusent d’intégrer un CAES qui, comme chaque fois, finira par les remettre à la rue. "Ça fait quatre fois qu’on vient ici. Chaque fois il ne s'est rien passé", explique l'un des jeunes migrants aux policiers qui les encadrent. "Après deux jours on se retrouve encore à la rue". 

À 16h, ce mardi, la préfecture de police a ordonné au bus de redémarrer mais sans donner de destination explique l'association d'aide aux migrants Utopia 56. Le bus s'est finalement arrêté, un temps, devant une gare RER et devait rejoindre la porte de la Chapelle, à Paris, sans plus d'explication.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu