Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Couvre-feu : "On est en train de tuer l'économie", le cri de détresse du secrétaire général de l'UMIH 13

-
Par , France Bleu Provence

Le couvre-feu décidé par le gouvernement à Aix-en-Provence et Marseille provoque la colère et l'inquiétude des professionnels de nombreux secteurs : restauration, tourisme, cinéma, spectacle...Sur France Bleu Provence, Frédéric Jeanjean, secrétaire général de l'UMIH 13, est désespéré.

Les restaurateurs sont en colère et très inquiets.
Les restaurateurs sont en colère et très inquiets. © Maxppp - VALERIE VREL

Son inquiétude se résume en quelques phrases "Comment va t-on faire pour pouvoir tenir, pour pouvoir faire face aux charges ?" Frédéric Jeanjean, secrétaire général de l'UMIH 13 (Union pour les métiers de l'Industrie et l'Hôtellerie des Bouches-du-Rhône), est en colère après l'annonce du président de la République de la mise en place d'un couvre-feu à Aix-en-Provence et Marseille de 21h à 6h pour au moins quatre semaines. Les restaurateurs, les professionnels du tourisme, du spectacle, du cinéma seront fortement impactés. 

Emmanuel Macron a promis de les accompagner : des mesures de chômage partiel et des "dispositifs supplémentaires" vont être mises en place. "Nous aurons des dispositifs de soutien supplémentaires" dit-il. Le chômage partiel sera pris en charge pour les secteurs de l'hôtellerie-restauration, du tourisme, de la culture, de l'événementiel et du sport à 100 % pour les employeurs et à 84 % du salaire net pour les salariés. "Pour les indépendants, jusqu'à 60 % du chiffre d'affaires et jusqu'à 10.000 euros seront pris en charge". Mais pour Frédéric Jeanjean ça ne suffira pas : "Comment va t-on faire pour pérenniser nos entreprises, on est en train de tuer l'économie".   

De son côté, Philippe Korcia, président de l'UPE 13 (Union pour les entreprises des Bouches-du- Rhône) assure sur France Bleu Provence, que l'UPE va demander des exonérations totale des charges et l'abandon du prêt garanti par l'État : "S'il le faut, nous demanderons aux entreprises de ne pas rembourser le PGE." 

"Quand vous avez des baisses de chiffre d'affaires de 50%, on ne peut pas s'en remettre, nous allons avoir une fracture sociale terrible, on ne peut plus supporter ces annonces." - Philippe Korcia

Choix de la station

À venir dansDanssecondess