Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

Et si General Electric à Belfort se lançait dans l'aviation?

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les élus du Territoire de Belfort rencontrent ce mardi le PDG de Safran. Le maire de Belfort, le sénateur du Territoire de Belfort, le président du département ainsi que l'un des députés souhaitent convaincre le dirigeant du groupe spécialisé dans l’aéronautique d'investir à Belfort.

Certains syndicats de GE militent pour une diversification de l'activité à Belfort et Bourogne
Certains syndicats de GE militent pour une diversification de l'activité à Belfort et Bourogne © Maxppp - Maxpp

Le Directeur Général de Safran, groupe français spécialisé dans l’aéronautique, reçoit ce mardi, quatre élus du Territoire de Belfort. Ian Boucard, député du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, président du conseil départemental, Damien Meslot, maire de Belfort et Cédric Perrin, sénateur du département tentent de convaincre le grand patron de produire des moteurs d'avion à Belfort et à Bourogne. L'idée étant de faire produire ces moteurs par General Electric, spécialisé dans la production de turbines à gaz. Le projet pourrait ainsi permettre aux usines terrifortaines de GE de se diversifier, dans un contexte difficile où l'entreprise va se séparer d'environ 150 personnes dans le département, et où les carnets de production sont en baisse.

Un projet défendu par la CFE-CGC

Faire de l'aviation pour relancer GE à Belfort et Bourogne? Philippe Petitcolin, coordinateur du syndicat CFE-CGC a imaginé et défendu ce projet auprès de la direction de GE depuis plusieurs mois, soutenu par les syndicats SUD et CGT, en partenariat avec ceux de Safran : "Faire de l'aviation à Belfort c'est possible. Les deux secteurs utilisent les même technologies, les même métiers très spécifiques qui n'existent quasiment que dans l'aviation et turbines à gaz : brochage, assemblage, soudage d’élément, perçage laser etc. "

Le secteur de l'aviation en pleine expansion

Le groupe Safran est en pleine forme, "porté par Boeing et Airbus qui cherchent à augmenter la cadence de leur moteur LEAP fabriqué par Safran" explique Philippe Petitcolin, syndicaliste CFE-CGC. "Quand on vend un moteur d'avion, on se garantit du business pendant 10 ou 20 ans. Les turbines à gaz, tout le monde peut les réparer. Alors que les moteurs d'avion, seuls les entreprises certifiés par Safran peuvent le faire. C'est pour cette raison qu'il y a une énorme opportunité à saisir pour Belfort :  on pourrait faire des moteurs neufs, de la réparation, de l'assemblage de moteurs, de l'usinage. Il y a aussi le critère géographique, on est pas loin de Bâle-Mulhouse qui est l'un des plus grands aéroports de maintenance pour les avions privés. Sur le papier, Safran a beaucoup d’intérêts à se planter sur Belfort".

Plusieurs centaines d'emplois crées?

Toujours selon les projections du syndicat CFE-CGC, défendus par les élus du Territoire de Belfort, l'implantation de Safran à Belfort et Bourogne pourrait créer des centaines d'emplois : "Potentiellement cela pourrait être énorme" s'enthousiasme Philippe Petitcolin, coordinateur du syndicat CFE-CGC : "Si Safran veut sous-traiter avec Général Electric, cela pourrait représenter plusieurs milliers d'heures. Si on implante une nouvelle usine à Belfort, cela pourrait être des centaines de milliers d'heures. On pourrait imaginer une usine aussi grosse que GE actuellement. Il faut bien comprendre que le business de l'aviation explose littéralement. On n'a jamais eu autant de commandes de moteurs d'avion. GE et Safran ont le monopole du marché, c'est pour cela qu'il y a un intérêt à aller. "

Un travail de l'ombre

La réunion à Paris entre les élus et le Directeur Général de Safran n'a pas donné lieu à des annonces, mais c'est un travail de longue haleine qui va s'opérer pour tenter de convaincre les dirigeants de s'implanter à Belfort et à Bourogne explique Damien Meslot, maire de Belfort : " ce ne sont pas des choses qui peuvent avancer d'un coup de baguette magique. Il faut nouer des contacts, vendre le Territoire de Belfort. Nous essayons d’être les VRP du département pour ramener de l'activité à Belfort".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess