Économie – Social

Et si la future prison de la Loire se trouvait sur la commune de La Fouillouse ?

Par Mélodie Viallet, France Bleu Saint-Étienne Loire mercredi 14 décembre 2016 à 21:28

Une manifestation à Saint-Bonnet-les-Oules contre le projet de prison
Une manifestation à Saint-Bonnet-les-Oules contre le projet de prison © Maxppp - Maxppp

Alors que depuis des mois les habitants de Saint-Bonnet-les-Oules (Loire) se mobilisent contre ce projet sur leur commune, le maire de La Fouillouse, Yves Partrat est lui complètement favorable à l’implantation de cette maison d’arrêt sur sa commune.

Est-ce qu’une prison va voir le jour à La Fouillouse ? Aujourd’hui ce n’est qu’une hypothèse. Mais le maire Yves Partrat est d’accord pour accueillir une prison sur sa commune. Cela tombe bien car le préfet se dit prêt à étudier les propositions que lui feraient remonter les élus. Même si ce dernier rappelle que le site de Saint-Bonnet-les-Oules, retenu par l’Agence de l’immobilier de la justice, est celui qui présente le moins d’inconvénients.

"Ne pas avoir de prisons dans la Loire ce serait un vrai danger pour le territoire", Yves Partrat le maire de la Fouillouse

Alors que le maire de Saint-Bonnet-les-Oules est vent debout contre ce projet, Yves Partrat et bien le premier élu du secteur qui se dit favorable à l'implantation d'une maison d'arrêt sur sa commune. La Fouillouse faisait partie de la liste des 28 sites établis en 2015 par la préfecture, mais il n'avait au final pas été retenu. La préfecture a plutôt choisi Saint-Bonnet-les-Oules. Mais après une forte mobilisation des élus et des habitants de cette commune, le préfet a décidé de réétudier cinq dossiers dont celui de Saint-Bonnet-Les-Oules. Il est impossible par contre d'obtenir le nom des quatre autres communes. On ne sait pas donc si le site de La Fouillouse en fait parti.

Le maire de la Fouillouse parle d'un terrain privé sur sa commune pour accueillir la prison

Ce site situé sur la commune de La Fouilouse est un grand terrain près du lycée horticole et du magasin Auchan. Il appartient à une propriétaire privé qui souhaite le vendre depuis un moment déjà. Mais le seul problème c’est que ce terrain est en pente, il est donc difficile pour l'instant d'imaginer la construction d'une prison à cet endroit.

La préfecture prendra sa décision finale à la mi-janvier. Le préfet devrait recevoir les maires des cinq communes qui ont vu leur dossier réétudié.