Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Et si les millions du transfert de Neymar pouvait aider le sport amateur ?

lundi 6 novembre 2017 à 7:02 Par Soisic Pellet, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une taxe de 5% sur chaque transfert entre clubs de sport professionnels, c'est la proposition de loi menée par Michel Zumkeller, député UDI de la deuxième circonscription du Territoire de Belfort. L'objectif : sauver le sport amateur, en grande difficulté.

Les clubs amateurs pourraient recevoir des subventions grâce à la taxation des transferts.
Les clubs amateurs pourraient recevoir des subventions grâce à la taxation des transferts. © Maxppp - -

Territoire de Belfort, France

Neymar acheté pour 222 millions d'euros, Kylian MBappé pour 180 millions : les transferts de joueurs professionnels atteignent de plus en plus des sommes folles. Face à ces millions échangés, des clubs amateurs de football ou d'autres sports, eux, ont du mal à joindre les deux bouts et à obtenir des subventions. C'est le constat fait par le député Michel Zumkeller. Il faut donc prendre l'argent où il est : c'est-à-dire dans les fédérations, en prélevant une légère partie des transferts pour ensuite le redistribuer à ceux qui en ont besoin.

Le sport amateur est en train de mourir

Les structures qui, à la base, aident les clubs amateurs n'ont plus de budget. Que ce soit les communes, les départements ou encore les sponsors qui sont souvent des petits artisans ou commerçants des environs. Difficile donc de leur demander de l'aide. Et ce même alors que les normes changent, sur les dimensions des stades ou l'accessibilité par exemple, et donc nécessitent de l'argent.

Il suffit de voir dans les villages. Avant, dans chaque village, il y avait un club de foot. Maintenant ils se regroupent à trois ou quatre. Michel Zumkeller, député

Mais qui va réellement en bénéficier ?

Mais les amateurs sont pour le moment un peu sceptiques. Stéphane Damis est président du club de football de Grand-Charmont dans le Doubs. "Comment va-t-on pouvoir en profiter ?" se demande-t-il. Selon lui, il y aura forcément des critères à remplir pour recevoir de l'argent. Pas sûr qu'il en fasse partie.

Les agents de joueurs professionnels eux aussi ne voient pas cette loi d'un bon oeil. Car 5%, ça reste important. C'est ce qu'affirme Christophe Mongai, agent de joueur pour les footballeurs sochaliens Florian Martin et Florian Tardieu : "Pour des multinationales comme le PSG, 5% ça ne change rien mais les clubs avec des moyens plus modestes seront eux impactés".