Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Etes-vous prêt à renoncer aux 35 heures?

jeudi 28 août 2014 à 10:51 Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace

Juste avant sa nomination à Bercy, Emmanuel Macron a fait des déclarations pour un assouplissement des 35 heures.

La carrière d'Emmanuel Macron
La carrière d'Emmanuel Macron © IDÉ

L'interview publiée dans le Point en début de semaine a provoqué de nombreuses réactions. Alors qu'il n'était pas encore ministre, Emmanuel Macron y explique qu'il est favorable au fait d'autoriser "les entreprises et les branches à déroger" aux 35 heures, en cas d'accords avec les organisations syndicales. "Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches dans le cadre d'accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C'est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à condition qu'il y ait un accord majoritaire avec les salariés ?"

"L'accumulation des droits (...) se transforme en handicap"

* Selon lui, une telle mesure permettrait de "sortir de ce piège où l'accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas", une idée qu'il juge cependant "difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche". *

Le Medef se réjouit de ces déclarations. "Les 35 heures sont une erreur historique largement responsable de la situation économique actuelle", martèle Jean-Jacques Leguay, le président du Medef dans la région. "Il faudra bien un jour abroger la loi." Mais aujourd'hui, les patrons donnent la priorité à d'autres dossiers, comme les allègements de charges et une simplification des textes.

INVITE FBA 7H15 - MF5 STUDIO

A Matignon, on indique que le gouvernement n'a pas l'intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures d'autant que l'organisation du temps de travail peut déjà être modulée dans les entreprises via des accords collectifs.

Plusieurs syndicats comme la CFDT et l'Unsa ont déjà déclaré qu'un retour sur les 35 heures n'était pas une bonne idée. "On prend des postures et on ne parle pas des vrais besoins des entreprises et des salariés, des besoins de formation et d'investissements" , s'insurge Sabine Gies, de la CFDT Alsace. "La remise en cause des 35 heures n'apporte pas de solution à ces problèmes."

INVITE FBA 7H45 35H - MF5 STUDIO

Le ministre de l'économie doit rencontrer les syndicats dans les tout prochains jours.