Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Étiquetage du lait : dans un supermarché d'Évron, de nombreux consommateurs souhaitent acheter français

-
Par , France Bleu Mayenne

Il n'est plus obligatoire de préciser l'origine du lait dans les grandes surfaces. Le Conseil d'Etat a pris cette décision le 11 mars, à la demande du groupe mayennais Lactalis. Pourtant, de nombreux consommateurs souhaitent acheter du lait produit en France, comme dans ce supermarché d'Évron.

Cathy, une cliente d'Évron, choisit exclusivement du lait qui est fait en France.
Cathy, une cliente d'Évron, choisit exclusivement du lait qui est fait en France. © Radio France - Maïwenn Bordron

L'étiquette qui indique la provenance d'une bouteille de lait n'est plus obligatoire depuis le 11 mars. Le conseil d'État a décidé d'annuler un décret gouvernemental qui datait de 2016, à la demande du groupe Lactalis. Selon le géant laitier mayennais, cette obligation est à l'origine d'une baisse des exportations de lait français dans l'Union européenne. S'inspirant du décret du gouvernement français, d'autres pays européens ont commencé à faire pareil, affirme Lactalis dans un communiqué. Les consommateurs européens ont alors préféré les produits provenant chez eux et ont délaissé le lait français. 

Depuis, la colère des agriculteurs ne faiblit pas, ils appellent le gouvernement à réagir et à rendre à nouveau obligatoire l'étiquetage du lait. Ils sont globalement soutenus par les consommateurs. La provenance du lait est en effet un critère d'achat pour de nombreux clients, comme dans ce supermarché d'Évron.

Soutenir les agriculteurs français

Cathy regarde bien le rayon lait du Super U, puis elle finit par choisir une bouteille, convaincue par son étiquette.  "C'est une vache bleu-blanc-rouge, c'est un lait qui est bio avec le logo biologique, donc ça paraît un bon lait", souligne cette cliente d'Évron. C'est important pour elle d'avoir des étiquettes sur les produits : pour l'aider à faire ses courses mais surtout pour soutenir les agriculteurs français.

En faisant nos courses, on ne va plus savoir quels produits acheter parce que la plupart des français se réfèrent à ce label "français" et puis avec la conjoncture actuelle, les agriculteurs ont besoin d'un grand soutien. - Cathy, une cliente du Super U d'Évron

Certaines étiquettes permettent aux consommateurs d'identifier rapidement l'origine du lait.
Certaines étiquettes permettent aux consommateurs d'identifier rapidement l'origine du lait. © Radio France - Maïwenn Bordron

Sonia, elle aussi, veut être solidaire avec les agriculteurs français, alors elle n'achète que des produits sur lesquels la provenance est indiquée. "La qualité première, c'est le plus important et il faut faire marcher les producteurs français plutôt que des producteurs de pays étrangers", affirme-t-elle avec un pack de lait dans le caddy. Elle a été attirée par l'étique de la brique, sur laquelle on peut lire : "Ce lait rémunère au juste prix son producteur".

Pour être sûrs d'acheter du lait français, certains consommateurs préfèrent même aller directement à la ferme. "Acheter du lait d'Allemagne, avec des vaches qui font 60 litres de lait par jour, si on ne sait pas d'où ça vient et que ça n'est pas dans nos valeurs, ça ne tente pas", pointe-t-elle du doigt. Dans ce supermarché d'Évron, la plupart des consommateurs soutiennent les revendications des agriculteurs mayennais. Ils ne se sentent pas soutenus par le gouvernement et ont manifesté avec leur tracteur ce jeudi 25 mars dans les rues de Laval.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess