Économie – Social

Etudier à Bordeaux coûte de plus en plus cher

Par Jules Brelaz, France Bleu Gironde dimanche 14 août 2016 à 11:15

Des loyers de plus en plus chers pour les 41.258 étudiants de Bordeaux.
Des loyers de plus en plus chers pour les 41.258 étudiants de Bordeaux. © Maxppp - Maxppp

Le coût de la vie étudiante continue de grimper à la rentrée 2016, d'après une étude de l'Union nationale des étudiants de France (Unef) publiée dimanche. Bordeaux fait figure de mauvais élève avec des loyers de plus en plus élevés et des transports toujours plus onéreux.

L'étudiant aime Bordeaux mais la belle endormie ne le lui rend pas vraiment... D'après l'étude de l'Unef publiée dimanche, la capitale girondine est la deuxième ville après Paris où la facture est de plus en plus salée pour les étudiants.

"Quand on voit que la bourse maximale c'est 500 euros, et que les loyers moyens à Bordeaux sont à 500 euros on fait comment pour vivre après ?" demande Alicia Bienfait, la présidente de l'Unef Bordeaux, étudiante en 3ème année de droit qui cumule elle-même ses études à un job de garde d'enfants.

Pour le premier syndicat étudiant, cette hausse du coût de la vie étudiante s'explique par l'augmentation des prix des loyers et des transports.

Avec une hausse de 4,7% à Bordeaux pour les 41.258 étudiants ne vivant plus chez leurs parents, la flambée du prix des loyers pour les petites surfaces y est la plus forte de France. Le loyer moyen est passé de 468 euros par mois en 2015 à 490 euros en 2016.

Bordeaux bonnet d'âne aussi pour les transports étudiants

D'après l'Union nationale des étudiants de France, Bordeaux affiche également la plus forte augmentation (+7,43%) du tarif étudiants des transports. Le "tarif jeunes" est passé de 210 euros par an en 2015 à 225,60 euros en 2016. Bordeaux est suivie par Lyon (+2,65%) et Paris (+2,40%) où le "tarif jeunes" reste le plus cher (341,90 euros).

Moi  je fraude je n'ai jamais payé un abonnement parce que c'est beaucoup trop cher pour moi (Élisa)

Pour payer leurs factures, de plus en plus d'étudiants sont contraints de cumuler job et études. Un étudiant sur deux occupe ainsi un emploi pendant l'année scolaire, un travail à temps plein pour 30% d'entre eux.

"La moitié de ces jobs n'ont aucun rapport avec les études et mettent en concurrence le temps passé à travailler et celui passé à étudier", souligne le syndicat :

Le salariat étudiant est la première cause d'échec (Unef Bordeaux)

Face aux loyers trop élevés et aux transports trop chers, beaucoup ont recours à l'endettement. Selon l'Unef, 12% des étudiants financent leur cursus avec un prêt d'un montant moyen de 10.000 euros.

>>> LIRE AUSSI : A Bordeaux, l'Unef va se battre contre la sélection à l'université

Partager sur :