Économie – Social

Étudier à Dijon coûte de plus en plus cher

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne mardi 16 août 2016 à 18:49

Les néo-bacheliers vont devoir mettre la main à la poche pour financer leur première année d'étude.
Les néo-bacheliers vont devoir mettre la main à la poche pour financer leur première année d'étude. © Maxppp - Thomas Lo Presti

D'après son étude annuelle, l'UNEF, l'Union nationale des étudiants de France, estime que le coût de la vie étudiante augmente de 1,23% dans la cité des Ducs. Dans le collimateur de l'association étudiante : les logements, les frais fixes mais aussi les transports.

Si on exclut l'île de France, Dijon est l'une des quatre villes de France les plus chères en ce qui concerne le transport : pour prendre les bus et les trams dijonnais, les étudiants doivent débourser plus de 300€ par an. C'est la même chose à Rennes, Tours et Lyon, selon l'étude annuelle de l'UNEF, l'Union nationale des étudiants de France, publiée mardi. Étude qui précise également que le coût de la vie étudiante augmente de 1,23% dans la cité des Ducs.

Une honte pour Théo Sainte-Marie, ex-président de l'UNEF Bourgogne et porte-parole de l'association : "On est plus cher que d'autres villes universitaires de France où il y a plus d'étudiants et plus de population. On est à plus de 30€ par mois, et même 315€ par an. C'est extrêmement important et la municipalité ne nous entend pas. Aujourd'hui avec 30€ par mois, il y a énormément d'étudiants qui sont obligés de frauder, qui prennent des amendes."

Le coût des transports à Dijon est beaucoup trop cher... et on est obligé de prendre le tramway pour aller à la fac."
Théo Sainte-Marie, porte-parole UNEF à Dijon

Une aide inadaptée à Dijon

Une aide existe mais elle n'est pas effective pour le militant UNEF : "François Rebsamen et le Grand Dijon ne mettent pas en place de tarif étudiant pour les jeunes. Il y a peu, le Grand Dijon nous a sorti un tarif à moitié prix pour les boursiers échelons 6 et 7. Ça ne correspond absolument pas à la réalité de la vie étudiante : déjà, très peu d'étudiants sont boursiers, et très peu d'étudiants boursiers sont échelon 6 ou 7 qui sont les échelons maximum. Donc, on nous met quelque chose sous le nez en nous disant "voilà un tarif étudiant" alors qu'il y a très peu d'étudiants qui en bénéficient."