Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Euralis : 55 licenciements confirmés à Brive, le site intéresse un repreneur

lundi 9 juillet 2018 à 16:08 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Les 55 salariés d'Euralis, à Brive, vont bien être licenciés. La Direccte vient, selon les informations de France Bleu Limousin, de valider le plan social du groupe agroalimentaire. Le site de Brive, promis à la fermeture, intéresse un repreneur.

Le site d'Euralis à Brive, promis à la fermeture, intéresse un repreneur
Le site d'Euralis à Brive, promis à la fermeture, intéresse un repreneur © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Le licenciement des 55 salariés et la fermeture du site Euralis, à Brive, sont confirmés. Selon les informations de France Bleu Limousin, la Direccte (direction du travail) vient de valider en fin de semaine dernière le plan social annoncé il y a quelques mois. Il prévoit au total 313 suppressions de postes sur plusieurs sites du groupe Euralis, qui restructure son pôle alimentaire.

La date de fermeture du site de Brive est connue. "1er février 2019", lance Corinne Breuil, déléguée CFDT de ce site spécialisé dans la transformation du canard. Les 55 salariés seront donc licenciés d'ici là. Dans le cadre de ces licenciements, plusieurs choses ont été obtenues par les syndicats d'Euralis. "_Un congé de reclassement a été négocié_. Il est de dix mois pour tous les salariés, et de douze mois pour ceux qui sont âgés de plus de cinquante ans, et payé 80% du salaire brut. Ca va leur permettre de se donner du temps."

Prime supra-légale de 1.450€ par année d'ancienneté

Une indemnisation supra-légale a également été négociée. "Nous avons obtenu _1.450€ par année d'ancienneté, avec un plafond de 25 ans_. Cela permettra, aussi, d'avoir un pécule pour voir arriver. Et d'avoir un dédommagement bien mérité pour tout le travail qu'ils ont donné à Euralis." Ces salariés vont se voir proposer une mutation sur un autre site d'Euralis, mais le coeur n'y est pas vraiment pour la grande majorité selon Corinne Breuil. Quelques-uns ont déjà tenté l'aventure ailleurs mais seuls cinq auraient une piste vraiment sérieuse.

Un repreneur sur les rangs pour le site de Brive

D'autres salariés fondent un espoir sur la reprise du site. Et c'est tout à fait envisageable car il y a une réelle option annonce Corinne Breuil. "Les _discussions sont à un point assez sérieux_. On croise les doigts, on espère que ça va fonctionner. Les salariés aimeraient vraiment que ça se fasse." Le nom de ce candidat reste confidentiel, mais il s'agit d'une entreprise des environs qui n'est pas du secteur agroalimentaire.