Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Eure : l'usine Altuglas annonce sa fermeture

A Bernouville, dans le canton de Gisors (Eure), l'usine Altuglas a annoncé la semaine dernière à ses salariés l'arrêt de sa production, mettant fin à une histoire de plus de 40 ans.

L'usine de Bernouville (Eure) doit fermer définitivement en 2015
L'usine de Bernouville (Eure) doit fermer définitivement en 2015 © Radio France

A Bernouville, dans le canton de Gisors (Eure), la direction de l'usine Altuglas a annoncé à ses salariés la semaine dernière l'arrêt de sa production (date encore inconnue), mettant fin à une histoire de plus de 40 ans. 

Une usine ferme, une commune meurt

En 40 ans, l'usine avait fait face à 14 plans sociaux, passant de 700 à 35 salariés aujourd'hui. Dans la commune de 300 habitants, chacun a travaillé, ou connaît quelqu'un qui a travaillé à Altuglas... la fermeture est donc difficile pour tout le monde. 

Anne-Marie a 77 ans, elle est habitante de Bernouville et a toujours connu l'usine "t out le monde ici a travaillé à l'usine, tous mes beaux-frères, mon mari y a travaillé 37 ans. Quand on sortait de l'usine, on allait au café... c'était une autre époque. "

Au fil des plans sociaux, la commune a perdu son âme, elle est désormais une ville dortoir, ce que regrette Pascal Guillaume, le maire de la commune "ça m'attriste, puisqu'il y avait de la vie ici... les gens embauchaient le matin, ils allaient boire leur café, ils prenaient leur pain... et maintenant il n'y a plus rien. C'est fini tout ça. "

Une bande d'amis, une famille même

Du côté des salariés de l'usine, ils semblent perdre plus que leur travail. Comptable de la société depuis 30 ans, Blandine a les larmes aux yeux quant elle parle de la fermeture de son usine "c'est notre vie, c'est la vie de tout le monde ici, c'est une bande d'amis. Notre but maintenant, ça va être de s'entraider "

"Non, faut pas les laisser faire" - Laetitia, employée de l'usine

Determinés à se battre, les 35 salariés de l'usine projettent de se battre pour éviter à tout prix la fermeture de leur société. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess