Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Évaux-les-Bains : les thermes rouvrent après plus de six mois sans cure

-
Par , France Bleu Creuse

Les thermes d'Évaux-les-Bains ont rouvert en ce lundi de la Pentecôte. Après plus de six mois sans cure, quelques 180 curistes ont pu retrouver le chemin de leurs soins. Même si la jauge est moitié moins importante qu’en temps normal, c’est un soulagement pour tous les acteurs du secteur.

Les thermes d'Évaux-les-Bains peuvent accueillir maximum 200 personnes par jour, contre 400 en temps normal
Les thermes d'Évaux-les-Bains peuvent accueillir maximum 200 personnes par jour, contre 400 en temps normal © Radio France - Clémence Gourdon Negrini

Après plus de six mois sans cure, quelques 180 curistes ont retrouvé le chemin des thermes d'Évaux-les-Bains ce lundi 24 mai. Avec une jauge de 200 personnes maximum par jour, moitié moins qu'en temps normal, les lieux reprennent tout de même vie.  

Grand sourire derrière son masque Dominique, l'infirmier des thermes, est soulagé de reprendre le travail : "Cet enfermement depuis six mois a été long ! Retrouver nos curistes, c'est un plaisir. Ce sont des personnes qu'on connait depuis plusieurs saisons, avec qui nous avons des échanges chaleureux, de nature familiale". Membre de la grande famille des thermes d'Évaux-les-Bains, Thérèse vient chaque année pour sa cure de trois semaines depuis 22 ans. "On attendait avec impatience que ça rouvre !", insiste-t-elle. 

Une grand-mère qui a ses habitudes : "Chaque année, je viens en mai", précise-t-elle, déçue d'avoir été "obligée de décaler [son] séjour à août en 2020 à cause de la pandémie" même si "c'est mieux que rien". Aurélie, sa petite fille, a du faire l'impasse l'an derniermais elle l'a ressenti sur sa santé : "plus de douleurs, plus de rhumatismes", souligne-t-elle. Cette fois, les deux femmes vont pouvoir profiter des bénéfices, qui peuvent se prolonger jusqu'à six mois après une cure. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess