Économie – Social

EXCLU - Tempêtes/Bonnets Rouges : 82% des touristes n'auraient pas changé leur regard sur la Bretagne

Par Tudi Crequer, France Bleu Breizh Izel mardi 22 avril 2014 à 0:01 Mis à jour le mardi 22 avril 2014 à 12:10

La tempête Ulla a balayé la Bretagne
La tempête Ulla a balayé la Bretagne © MAXPP/Ermeline Mouraud

Des images catastrophes de la région sont passés en boucle sur les médias français. Pourtant, selon une étude du comité régional de Bretagne, les touristes ne se détournent pas de la région. 82% d'entre eux n'ont "pas du tout" ou "presque pas du tout" changé leur regard sur la Bretagne. La saison touristique a débuté depuis une semaine, et les touristes sont déjà là.

Après un hiver très médiatisé avec des portiques écotaxe en feu et des  tempêtes en série , les professionnels du tourisme craignaient des conséquences pour leurs réservations. Aujourd'hui l'inquiétude laisse place au soulagement. Selon, une étude du comité régional de Bretagne, les touristes n'auraient pas changé d'avis sur la région (42%) ou presque pas changé d'avis (40%).

Quimperlé connu internationalement

Les images du centre-ville de Quimperlé inondé ont tourné en boucle sur les télévisions. Pourtant selon Jérôme, animateur de visites guidées de la ville, "il n'y pas de différences notoires avec les autres années" . Seule nouveauté selon une commerçante du centre-ville, les touristes de France et de l'étranger connaissent désormais le nom de la ville avant d'arriver dans la région. D'autres professionnels du tourisme vont jusqu'à penser (malgré tous les dégâts qu'ils auraient préféré évité évidemment), que les inondations ont été "un bien pour un mal" car cela a permis de faire de la publicité à la ville.

Reportage lors d'une visite guidée à Quimperlé : 

DOSS Tourisme Pâques ENRO

Les touristes s'inquiètent pour les bretons, pas pour leurs vacances

"Des clients étaient énervés que je sois fermé durant les tempêtes" un hôtellier de Nevez

"Nos clients nous en parlent , ils nous ont envoyé des mails , pour nous demander si tout se passait bien, si la maison n'était pas détruite  explique Pierre-Yves Roue, patron de l'hôtel restaurant Ar Men à Nevez. Son établissement se situe sur le bord de mer, mais il constate surtout que "les gens sont très excités par les tempêtes en Bretagne et à la limite ils auraient bien voulu voir les tempêtes en Bretagne. Des clients étaient même énervés que je sois fermé en janvier et février".  La saison s'annonce bien pour lui, "Pâques est presque complet , c'est très encourageant pour la saison".

DOSS Tourisme Pâques SON

"Ce n'est pas comme avec l'Erika, ils sont plus dans l'empathie" Une gérante d'un camping

Le constat est identique chez plusieurs campings de la région, "les touristes sont plus dans l'empathie que dans le catastrophisme " estime Cathy Guyader gérante du camping le Raguenes Plages, "p our l'Erika , les clients nous appelaient pour savoir si on n'avait pas nos plages couvertes de pétroles, c'était vraiment une préoccupationCette année c'est plus de l'empathie, et maintenant on n'en parle plus du tout."

DOSS Tourisme Pâques 6h48 LONG