Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Externalisation confirmée des salariés de la direction informatique de PSA à Sochaux et Bessoncourt

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les syndicats de PSA ont été mis au parfum ce jeudi après-midi. Les salariés de Sochaux et Bessoncourt seront officiellement avertis ce vendredi midi : PSA va bien externaliser une partie de sa direction informatique.

PSA Sochaux
PSA Sochaux © Radio France - Christophe Beck

La direction de PSA a confirmé l'externalisation d'une partie de la direction informatique, la DSIN, ce jeudi après-midi lors d'un comité d'entreprise extra-ordinaire à Paris. 200 salariés en France, dont 42 personnes à Sochaux et 34 à Bessoncourt, en Franche-Comté, vont être rachetés par Capgemini, poids-lourd du secteur en France. La bonne nouvelle dans l'immédiat c'est que leur nouveau patron promet aux salariés franc-comtois d'ouvrir un site à la Jonxion à Meroux mais pour combien de temps ? Et quid des avantages sociaux négociés chez PSA ? Pas de réponses pour l'instant car l'heure est aux négociations entre les syndicats et la direction.

"Une vraie trahison"

N'empêche qu'à la sortie du site de Bessoncourt, Pascal et ses collègues ont cette vente, cette"trahison" même comme ils le disent, en travers de la gorge ! Surtout que c'est à eux qu'on a demandé les plus gros efforts, il y a quelques années quand le bateau PSA tanguait dangereusement. "On nous a demandé d’aider à redresser la barre, on a été désigné ambassadeurs de PSA pour remettre le bateau à flot et aujourd’hui on remercie ? C’est très dur, on a l’impression de s’être bien fait avoir ! On est très amère", reconnaît Pascal.

"On nous vend comme une simple marchandise"

"On nous vend comme une simple marchandise, rajoute Jérémie du haut de ses 13 ans d’ancienneté. On nous vend comme on vend des voitures." Sans aucune considération ni garanties pour l’avenir, les salariés pensent déjà à leur déménagement. Meroux c’est à quelques kilomètres de Bessoncourt ou de Sochaux et les salariés n’auront pas de mal à y aller travailler. "Personnellement ça n’impacte pas ma vie, je m’en satisferais mais pourvu que l’emploi soit pérenne. Qu’on nous garantisse que nos nouveaux emplois soient pérennes localement ", demande Jérémie qui ne se voit pas suivre son CDI ailleurs si un jour Capgemini décidait de délocaliser.

Les syndicats très vigilants

C’est effectivement la plus grosse crainte des syndicats et notamment de la CFTC qui révélait le projet de la direction en premier. "Non seulement les salariés de la DSIN vont perdre leur statut PSA donc l’accès à un CE généreux et leur statut de salariés de la métallurgie qui lui aussi donne un certain nombre d’avantages en terme d’ancienneté, d’intéressement et de congé, détaille François Guillerey, représentant syndical CFTC au comité d’établissement de PSA Sochaux, mais ils n’ont surtout aucune garantie sur leur avenir au-delà des 15 mois de maintien du statut promis par Capgemini. Si dans deux ans l’entreprise veut délocaliser ses services dans des pays low cost, rien ne l’en empêchera."

Les syndicats ont jusqu'au 22 février pour rendre leur avis consultatif. En attendant les salariés de Bessoncourt ont entamé une grève du zèle. Un CHSCT aura lieu la semaine prochaine. Côté direction on confirme "un projet de partenariat stratégique avec Capgemini" pour les sites en France, en Espagne et en Chine de la DSIN mais PSA promet que les salariés concernés bénéficieront de "toute la protection sociale prévue par la loi et par les garanties données par le repreneur pressenti." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu