Économie – Social

F2R : qui sont les deux candidats à la reprise ?

Par Alexandra du Boucheron, France Bleu Berry jeudi 15 octobre 2015 à 15:42

Thierry Morin (gauche) et Patrick Bellity (droite), tous deux intéressés par F2R
Thierry Morin (gauche) et Patrick Bellity (droite), tous deux intéressés par F2R - Alexandra du Boucheron

Le tribunal de commerce de Châteauroux rend son délibéré, ce vendredi dans le dossier F2R. Deux candidats sont en lice pour reprendre le dernier fabriquant de jantes en aluminium en France : le groupe Arche et TM France. France Bleu Berry les a rencontrés.

Après des semaines de mobilisation et le blocage de l'usine de Diors, les 515 salariés de la Française de Roues (F2R) seront fixés vendredi sur leur sort. A l'issue de l'audience de mercredi 14 octobre, le tribunal de commerce de Châteauroux a mis l'affaire en délibéré ce vendredi, entre 16h et 17h par mise à disposition au greffe. Soit le tribunal prononcera la liquidation judiciaire, soit il validera l'une des deux offres de reprise. 

L'industrie, c'est mon métier - Thierry Morin, PDG de TM France.

La première, celle de TM France est la grande favorite. Son gérant , Thierry Morin est l'ancien PDG de l'équipementier Valéo. Il préside aujourd'hui Thierry Morin Consulting. Il a promis de maintenir les effectifs de l'entreprise et de garantir les salaires pendant deux ans. Son offre a surtout un argument de poids : il a obtenu des garanties des principaux clients de F2R : les constructeurs Renault et PSA et le fabriquant de jantes allemand Borbet. Avec un groupe financier, Thierry Morin compte apporter cinq millions d'euros pour investir dès le départ. Son objectif : faire des produits de bonne qualité et technologiques.

Thierry Morin détaille son offre de reprise de F2R

L'intersyndicale de F2R dénonce, à propos de TM France, "une offre purement financière, pas industrielle," et qui ne serait pas viable sur le long terme. "Quand on regarde son business plan et son prévisionnel de charges, c'est pas jouable, indique la CFDT. On a une perspective à un an à peu près et après, on ne sait pas où on sera." Mercredi, Thierry Morin a prévenu : "si les salariés ne veulent pas de moi, je ne resterai pas". Le PDG de TM France aurait demandé à rencontrer les salariés avant le délibéré du tribunal de commerce. Jeudi, la rencontre n'avait pas encore eu lieu.

Thierry Morin explique ses motivations

 

Un accord avec Renault est la condition de la reprise - Arche

Le groupe Arche, qui compte 12 000 salariés, s'est positionné tardivement sur le dossier F2R : en septembre 2015. Son président, Patrick Bellity garantit aux salariés le maintien de l'emploi et des accords historiques, mais aussi la prise en charge des reliquats de congés payés, RTT et le demi treizième mois pour un total de près de trois millions d'euros. Il a levé la plupart de ses conditions suspensives sauf celle d'un accord de trois ans sur les commandes avec le constructeur Renault, principal client de l'entreprise avec 50% de la production de F2R (les autres clients sont Borbet, 30%, et PSA, 20%). Cet accord était "la condition pour que l'on puisse avoir des garanties que ce site soit viable et pérenne à l'avenir", explique Patrick Bellity. Mercredi dernier, le tribunal a rejeté sa demande de report d'audience. Selon nos informations, Patrick Bellity espère encore trouver un accord avec Renault en attendant le délibéré.

Arche, le choix des salariés

Le groupe Arche a la préférence des salariés de F2R : mardi dernier, ils l'ont plébiscité à 95% lors d'un référendum organisé par le comité d'entreprise. Ces derniers jugent le projet de cet équipementier automobile, spécialisé dans les pièces-moteur, "plus crédible". Patrick Bellity prévoit cinq millions d'euros d'investissement par an pendant plusieurs années et un plan trois volets : remise à niveau des acquis industriels, investissements et un axe commercial autour de produits à forte valeur ajoutée.

Le plan du groupe Arche

Pour le président du groupe Arche, F2R est une entreprise d'avenir. Le marché automobile européen repart à la hausse depuis 2014 : 1,5 millions de voitures supplémentaires sont fabriquées chaque années en Europe, "soit un marché de six millions de roues", assure Patrick Bellity.

"F2R est une chance à saisir" - Patrick Bellity, président de groupe Arche