Économie – Social

F2R repris : les 500 salariés partagés entre soulagement et inquiétude sur le projet du repreneur

Par Carl Dechâtre, France Bleu Berry vendredi 16 octobre 2015 à 19:24

Le tribunal de commerce de Châteauroux a désigné un repreneur pour F2R
Le tribunal de commerce de Châteauroux a désigné un repreneur pour F2R © Radio France - Carl Dechâtre

A Châteauroux, la reprise de F2R provoque à la fois soulagement et inquiétude chez les salariés. Les syndicats, tout en se disant ouverts à la négociation, craignent que le projet industriel de Thierry Morin (ex-PDG de Valéo) ne soit pas assez solide et menace leurs acquis sociaux.

C'était un secret de polichinelle et pourtant une centaine de salariés de F2R s'étaient rassemblés devant le tribunal de commerce de Châteauroux ce vendredi pour s'assurer que les juges avaient bien choisi le projet de reprise de Thierry Morin. L'ex P-DG de Valéo, était ce vendredi le seul candidat à la reprise avec sa société TM France, l’équipementier automobile Arche s'étant retiré de la course faute d'avoir obtenu des garanties nécessaires de volume de commande auprès des deux principaux clients du fabricant de roues : Renault et Peugeot. Après une heure et demi d'attente, la délégation de 3 membres du comité d'entreprise reçue par la présidence du tribunal a confirmé la décision.

Christian Grelaud - représentant du personnel du CE de F2R

500 emplois sauvés

Une décision qui représente bien sûr un immense soulagement pour les 500 salariés du dernier fabricant français de jantes alu sur lesquels pesaient la menace de la liquidation pure et simple. L'entreprise était en effet en redressement judiciaire depuis 18 mois ! Mais cette décision ne lève pas pour autant toutes les craintes concernant la pérennité de l'entreprise à moyen terme. Les syndicats craignent en effet que le projet industriel présenté par Thierry Morin ne soit pas assez solide. Malgré l'annonce d'un investissement de 5 millions d'euros dès la première année et des engagements chiffrés de commande annoncés par le nouveau P-DG, les syndicats estiment que la copie est incomplète.  Le volume de commande et surtout les niveaux de prix obtenus ne seraient, selon eux, pas suffisants pour que l'activité retrouve un niveau de rentabilité. Ils craignent en outre un recul de leurs acquis sociaux.

Ce qui est important c'est la pérennité de l'entreprise - Patrice Perrot, délégué CFDT

Mais les syndicats se disent cependant volontaires pour la relance de l'entreprise et ouverts à la négociation. Une négociation qui commencera lundi prochain 9h sur le site de l'entreprise, à Diors dans l'agglomération castleroussine. Thierry Morin rencontrera les représentants du personnel, le comité de direction et ses nouveaux employés.

Une centaine de salariés de F2R sont venus au tribunal pour le délibéré - Radio France
Une centaine de salariés de F2R sont venus au tribunal pour le délibéré © Radio France - Carl Dechâtre