Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Face à une demande trop faible, des restaurateurs de Vire renoncent à ouvrir pour les salariés du BTP

Vire

Depuis le mois de février, la préfecture autorise une vingtaine de restaurants du Calvados à ouvrir pour les salariés du BTP. Pas si simple, les contraintes sont nombreuses et certains comme à Vire, n'ont encore reçu aucun client alors qu'ils espéraient pouvoir redémarrer en partie leur activité.

La salle du restaurant Chez Maman n'attend qu'une chose : retrouver des clients !
La salle du restaurant Chez Maman n'attend qu'une chose : retrouver des clients ! - DR

Il y a un mois, quand la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) et la Chambre des métiers du Calvados la contacte pour lui proposer d'ouvrir pour les clients du BTP, Nathalie Vautier, propriétaire du restaurant Chez Maman à Vire est ravie. Dans un arrêté, la préfecture l'autorise à ouvrir le midi, uniquement dans ce cadre. 

"C'est une initiative que d'autres départements avaient prise, et je trouvais ça super. Mais rapidement, la préfecture a imposé des contraintes importantes", raconte-t-elle, assise au soleil sur la terrasse de son restaurant. Le fonctionnement impose en effet de signer des conventions avec une seule entreprise ou un seul chantier à la fois, pour éviter des brassages de salariés dans les salles de restaurant. Cette consigne sanitaire limite mécaniquement la demande, qui n'est pas encore au rendez-vous. 

Je ne peux pas lancer la machine, remettre le chauffage, rappeler le personnel, pour quatre clients par service - Nathalie Vautier, propriétaire du restaurant Chez Maman

ECOUTEZ - Le reportage de France Bleu Normandie au restaurant Chez Maman à Vire

Depuis qu'elle a l'autorisation d'ouvrir, Nathalie n'a eu que deux demandes de la part d'entreprises du BTP. A chaque fois pour quatre salariés. Pour être rentable, il lui faudrait au moins une vingtaine de couverts. A Vire, un deuxième restaurant, Le Bouchon Virois, est aussi autorisé à ouvrir dans ce cadre. Mais le constat est identique. "Ces contraintes ne sont pas tenables. On avait beaucoup d'espoir, et une nouvelle fois, on a été largement déçu", explique le patron Daniel Bisegna, résigné. 

L'espoir de rouvrir avant les autres 

Nathalie, de son côté ne désespère pas. "J'attends la demande, mais on est tout à fait prêt à repartir. En une journée, on fait rentrer de la marchandise, on relance les machines et c'est parti !", lâche-t-elle avec enthousiasme. Obligée de garder son restaurant fermé depuis plusieurs mois, elle est impatiente de pouvoir rouvrir. "Si les clients du BTP ont besoin de nous, on sera content de pouvoir rouvrir avant les autres", sourit-elle. 

Plus qu'une bouffée d'air économique pour elle et ses deux salariés, cette réouverture précoce permettrait surtout de retrouver l'ambiance perdue du restaurant. "Avec des camarades restaurateurs, on regrette de ne pas avoir enregistré les bruits d'une salle de restaurant pendant un service, c'est une ambiance extraordinaire", raconte-t-elle avec émotion. En rallumant sa chaîne hifi, elle se souvient au rythme de la musique d'ambiance, des scènes très organisées d'un service. "Ça va être de la folie quand on va pouvoir redémarrer", conclut-elle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess