Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Face aux dégâts de la neige, la CGT cheminots pointe les suppressions de postes à la SNCF

-
Par , , France Bleu Isère

Quatre jours après les fortes chutes de neige en Isère, la ligne Grenoble-Valence reste paralysée. Il faut encore déblayer les voies et réparer les câbles arrachés par les arbres. Franck Boyer, de la CGT Cheminots dénonce un manque de moyens pour agir plus vite à cause des suppressions de postes.

image d'illustration
image d'illustration © Maxppp - Thierry Gachon

Isère, France

Si depuis ce lundi matin, presque toutes les lignes de TER sont remises en service,  les usagers auront dû attendre trois jours avant de retrouver un trafic ferroviaire normal. En cause, les fortes chutes de neige, de jeudi après-midi. Mais pour Franck Boyer, secrétaire à la CGT Cheminots en Isère, la neige est loin d’être le seul facteur : «  des événements climatiques, il y en a toujours eu et il y en aura toujours », assure-t-il. D’après lui, la SNCF doit s’interroger : « comment une chute de neige aussi importante soit-elle, intervenant le jeudi après-midi peut immobiliser le trafic jusqu’à la fin de la semaine ? » feint-il de questionner. 

La faute aux manques de moyens, pour le secrétaire de la CGT Cheminots. « La capacité de réactivité des cheminots va dépendre du nombre d’agents présents immédiatement sur le terrain ». 

« Avec moins on fait moins bien »

Franck Boyer prend l'exemple de la ligne Voreppe-Saint André le Gaz : «actuellement nous avons deux brigades de huit agents chacune pour entretenir les voies,  quand par le passé, nous en avions cinq de quinze agents chacune. donc quand tout va bien ça marche, mais quand il y a un épisode comme celui-ci forcément on est moins réactif ».

Les restrictions budgétaires sont aussi pointées du doigt par Franck Boyer : « si on met moins de budget dans l’élagage des arbres à proximité des voies », que la SNCF doit tailler pour éviter qu’ils ne gênent la circulation, « le travail n’est pas fait à temps et on se retrouve avec plus d’arbres qui tombent sur les voies à cause de la neige ». 

Le secrétaire de la CGT Cheminots conclut en interpellant la direction de la SNCF : « Contrairement au discours de la direction de la SNCF qui veut faire croire qu’on peut faire aussi bien avec moins, on constate en cette fin de semaine qu’avec moins on fait moins bien. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu