Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Face aux rosiers contrefaits, les créateurs du Nord-Isère s'organisent

mardi 13 février 2018 à 18:06 Par Céline Loizeau, France Bleu Isère

Alors que la contrefaçon de rosiers concernerait un tiers de la production mondiale, rencontre avec 2 "obtenteurs" nord-isérois, autrement dit des créateurs de rosiers.

 Rosier "belles rives" de Meilland-Richardier
Rosier "belles rives" de Meilland-Richardier - ® Meizolnil.

Saint-Quentin-Fallavier, France

En ce jour de Saint-Valentin, la fleur phare c'est bien évidemment la rose. Sachez qu'en Nord-Isère, on compte quatre créateurs de roses, que des entreprises familiales sur plusieurs générations. Ces créateurs, dans le jargon, on les appelle "obtenteurs". Et comme un fabricant de sac ou de chaussures de luxe, ils doivent faire face à la contrefaçon. France Bleu Isère a interrogé deux de ces créateurs : l'entreprise Laperriere, créée en 1864 et qui compte quelque dix équivalents temps plein. Basée à Saint-Quentin-Fallavier, elle est présente sur le marché français. Il y a aussi le groupe Meilland-Richardier, le plus gros créateur-producteur français, installé à Diémoz et présent dans une soixantaine de pays. L'entreprise a vu le jour en 1850.

Reportage

Lorsque le rosier de jardin a une étiquette comme celle-ci, c'est la garantie que le producteur a payé les royalties au créateur. Pour les roses coupées, il n'y a aucun système du genre. (Document fourni par l'entreprise Laperriere) - Radio France
Lorsque le rosier de jardin a une étiquette comme celle-ci, c'est la garantie que le producteur a payé les royalties au créateur. Pour les roses coupées, il n'y a aucun système du genre. (Document fourni par l'entreprise Laperriere) © Radio France - Céline Loizeau