Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Faible mobilisation à Limoges contre les réformes d'Emmanuel Macron

jeudi 16 novembre 2017 à 12:56 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

Ils étaient moins d'un millier dans les rues de Limoges ce jeudi matin pour s'opposer aux réformes libérales d'Emmanuel Macron. Un appel relayé surtout par les syndicats CGT et FO mais qui n'est pas parvenu à mobiliser les foules, le secteur privé était peu représenté.

Beaucoup de fonctionnaires... et une poignée de jeunes dans les rues de Limoges pour dire non à Macron
Beaucoup de fonctionnaires... et une poignée de jeunes dans les rues de Limoges pour dire non à Macron © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

L'ambiance des grands jours n'était pas au rendez vous. Ce sont surtout les fonctionnaires du secteur de la santé, de l'éducation nationale et les cheminots qui ont gonflé les troupes dans les rues de Limoges ce jeudi matin pour dénoncer les réformes du gouvernement. Les rangs du cortège étaient plutôt clairsemés, les jeunes et les salariés du secteur privé étaient très peu représentés. "Economiquement ce n'est pas possible de sortir des usines, les personnels ne peuvent pas se le permettre, ils ont le couteau sous la gorge" explique un salarié de l'usine Valéo à Limoges

"Des réformes pour les riches portées par un président des riches" un syndicaliste Cgt

Si certains manifestants continuent de dénoncer la réforme de la loi travail, beaucoup étaient là surtout pour protester contre la réforme de l'ISF, l'impôt sur la fortune. "On voit bien qu'Emmanuel Macron est le président des riches " dit cette militante de la CGT. "Il se dit ni de droite ni de gauche, mais pour moi c'est sûr, c'est un président de droite" ajoute ce syndicaliste Force Ouvrière" .