Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Faillite de British Steel : l’usine d’Hayange craint pour son approvisionnement

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

British Steel est à bout de souffle en Grande-Bretagne, elle a été placée ce mercredi en procédure de liquidation. Le groupe emploie dans le monde quelques 5.000 personnes, dont 420 chez France Rail à Hayange. Un site qui s’inquiète pour son approvisionnement selon l’intersyndicale.

L'usine British steel d'Hayange continue de tourner normalement.
L'usine British steel d'Hayange continue de tourner normalement. © Radio France - François Pelleray

Hayange, France

Quelle conséquence immédiate sur l’usine France Rail à Hayange et ses 420 salariés peut avoir la faillite du groupe British Steel en Grande-Bretagne ? "Aucune, nous ne sommes pas en redressement" rassure le porte-parole de l’intersyndicale et délégué CFDT, Grégory Zabot. "Nous ne sommes pas dans la même structure juridique que notre maison mère".

Un mois d'avance dans les stocks

En revanche, à moyen terme, il y a un risque dans l'approvisionnement en matière première. Les blooms, ces pièces d'acier qui servent à fabriquer les rails de 108 mètres de long, viennent des hauts fourneaux anglais. "Et il n'y a qu'un petit mois d'avance dans les stocks" annonce Grégory Zabot. Elle est là la source d'inquiétude pour les salariés hayangeois. 

Si l’Angleterre fait défaut, vers quel fournisseur se tourner ? "Des aciéries en Russie, en Inde" demande Grégory Zabot. Pourquoi pas Ascoval, fraîchement rachetée par l’actionnaire majoritaire de British Steel ? "Seulement, ce ne sera pas possible avant un an d'investissement pour l'usine du nord de la France" répond le secrétaire du comité économique et social de France Rail à Hayange.