Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Faillite du site 1855.com : 11.000 amateurs de grands Bordeaux arnaqués

-
Par France Bleu Gironde

Une information judiciaire vient d'être ouverte, après la liquidation du site 1855.com, spécialisé dans la vente sur Internet de grands crus bordelais. 11.000 clients auraient été grugés : les commandes qu'ils avaient passées n'ont jamais été livrées. Le préjudice s'élèverait à 40 millions d'euros.

Cave supermarché
Cave supermarché © Radio France

Une arnaque à grande échelle : le Parquet de Paris vient d'ouvrir une information judiciaire après la faillite de 1855.com, un site de vente de vins en ligne spécialisé dans les Grands Bordeaux. La société, en redressement judiciaire depuis octobre 2013, a été mise en liquidation en janvier dernier. Elle est soupçonnée d'avoir grugé près de 11.000 clients, qui n'ont jamais vu la couleur des grands crus qu'ils avaient commandés en primeur. Le préjudice est important : au moins 40 millions d'euros. Certains clients ont plus de 200.000 euros de perte .

Xavier Azalbert un chef d'entreprise parisien amateurs de grands crus , fait partie de ces cients qui n'ont jamais été livrés.. Il avait passé pour plus de 9.000 euros de commande de Lynch-Bages, Brown-Cantenac et autre Angélus.

"Lorsqu'on vous fait répondre par les employés, qu'on oblige à mentir, que vous serez livrés la semaine prochaine, puis la semaine prochaine, puis la semaine prochaine... Tout le monde a droit à l'erreur, mais lorsqu'elle est répétée, ce n'est plus une erreur. Ce n'est pas le principe de la vente sur Internet qui est à remettre en cause, ce sont les indvidus qui orchestrent ce genre d'arnaques qu'il faut sanctionner." — Xavier Azalbert , client floué

La société en fait, voulait passer outre les négociants et les courtiers . Elle proposait à prix cassés des primeurs qu'elle n'avait pas et qu'elle n'avait jamais reservée, espérant les acheter par la suite. Mais dès 2005, à la faveur d'un millésime exceptionnel, les cours se sont envolés, et impossible de répondre à la demande : l'argent des clients floués a uniquement servi d'année en année à combler les arriérés bancaires.

"Dès que l'on ne respecte pas les régles de la profession, très structurée à Bordeaux entre les producteurs, les négociants et les courtiers, il y a un risque énorme. En plus, ils ont fait porter le préjudice sur les châteaux et les négociants en disant que c'était un défaut de livraison de leur part, ils ont entâché la réputation de la vente en ligne et de la vente en primeurs." — Maitre Hélène Poulou, avocate bordelaise qui défend 450 victimes."

"Ils se permettaient de vendre qu'ils n'avaient pas"

"Ils obligeaient leurs employés à mentir pour dire qu'on serait livré la semaine prochaine"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess