Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Faire grandir tout le monde" : le médiateur de Brive est de plus en plus sollicité

samedi 25 mars 2017 à 16:50 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Jean-Louis Estagerie, le médiateur de Brive, a dressé le bilan de son action en 2016, ce jeudi. Si les dossiers entre les administrés et la ville tendent à diminuer, ceux entre voisins augmentent très fortement.

Jean-Louis Estagerie, médiateur municipal de Brive, dresse son bilan aux côtés de Jean-Pierre Vernat, adjoint à l'urbanisme
Jean-Louis Estagerie, médiateur municipal de Brive, dresse son bilan aux côtés de Jean-Pierre Vernat, adjoint à l'urbanisme © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Le médiateur de la ville de Brive est de plus en plus sollicité. De 113 dossiers en 2014, à 159 en 2015, il a ouvert 187 dossiers en 2016 soit une hausse de près de 18% en un an. Ces litiges concernent en partie des dossiers entre les Brivistes et la ville (mais s'ils tendent à diminuer depuis la création des comités de quartier car les récriminations concernent surtout le stationnement, la voirie et la propreté), ou entre les Brivistes et leurs difficultés avec d'autres structures (administrations, artisans, fournisseurs d'accès à internet). Mais ce qui l'occupe principalement, ce sont les litiges entre personnes. Ils ont doublé en volume un an (121 dossiers) et représentent désormais 65% des dossiers traités par le médiateur.

"La situation m'inquiète un peu"

Jean-Louis Estagerie n'hésite pas à dire que "la situation m'inquiète un peu" car il y a parfois des conflits durs, avec menaces de mort. Il vient aussi pour la première fois de saisir la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité. Son boulot est de mettre de l'huile dans les rouages, "ni flic, ni chérif, ni magicien, ni juge", et d'essayer de faire asseoir tout le monde autour d'une table. "C'est parfois une première victoire", dit il, "car il y a des conflits enracinés depuis des années et des querelles anciennes. Certains ne veulent pas abdiquer." Il s'est donc forgé une solide expérience dans tout un tas de domaines, notamment en ce qui concerne les bambous ! "Planter des bambous fargesia ! Ils n'ont pas de racines traçantes qui ressortent chez le voisin deux mètres plus loin", sourit le médiateur, "je sais ce qu'il faut faire pour avoir un âne dans son enclos." On vous passe l'hygiène des animaux, les nuisances sonores ou les problèmes de stationnement devant la maison.

Des demandes farfelues parfois

Souvent, ces conflits se terminent "par des lettres qui précisent la réglementation. Quand les gens comprennent ce qu'ils risquent, ils se rendent à l'évidence." Mais il doit, parfois, quand même saisir le conciliateur de justice ou le juge de proximité. Et puis il y a les requêtes farfelues : un homme qui cherche l'amour, ou un autre qui appelle pour demander de venir calmer sa femme très en colère. Là, le médiateur n'y peut rien même si malgré sa taille, 1m55, Jean-Louis Estagerie essaye "de faire grandir tout le monde... à défaut de moi !"