Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

"Faire la manche pour sauver des vies" : le quotidien des sauveteurs en mer

Un après la noyade de trois sauveteurs en Vendée, cette journée nationale des sauveteurs en mer ce dimanche 28 juin se déroule sur fond de crise du Covid-19. Portrait d'un bénévole dieppois historique.

Une journée nationale des sauveteurs en mer sur fond de Covid-19
Une journée nationale des sauveteurs en mer sur fond de Covid-19 © Radio France - Olivia Cohen

C'est la journée nationale des sauveteurs en mer ce dimanche 28 juin. La SNSM représente 8.000 bénévoles en France le long des côtes, bénévoles qui ont besoin de vous pour sauver des vies en mer : l'association vit essentiellement grâce aux dons

Cette année, à cause du Covid-19, pas de visite des bateaux de la SNSM, pas de portes ouvertes pour renflouer les caisses, tout a été annulé et remplacé par des événements sur Internet

"Un mètre de distance sur un bateau, ce n'est pas possible !"

Cette année, Philippe Brouard, président de l'antenne locale de la SNSM à Dieppe, ne pourra pas faire visiter son canot tous temps (ça s'appelle comme ça car c'est capable de naviguer par tous les temps.) Dommage mais c'est mieux comme ça, les gestes barrières, on ne les oublie pas, même en mer : "On a dû investir dans du matériel, des masques, du gel hydroalcoolique et même des combinaisons en tissu au cas où on doive récupérer un malade sur une embarcation. Mais bon, l’espace sur un bateau, c’est quand même assez petit, les un mètre de distance, ce n’est pas possible !"

Ce prof à la retraite est depuis 40 ans le mécanicien de l’équipage : « De l’opérateur radio aux plongeurs en passant par les secouristes et le chef mécanicien, ça fait une équipe de huit personnes qui doivent être mobilisables en un quart d’heure 7j/7, 24h/24, 365 jours par an ! » 

Un deuil difficile à faire

Comme tous les Français et Françaises, les bénévoles de la SNSM ont été bouleversés par la crise du Covid-19, mais un autre drame est toujours très présent. Il y a un an, trois sauveteurs mouraient noyés aux Sables d'Olonne lors d'une opération. Un hommage national leur a été rendu, mais le deuil est difficile à faire. 

« C’était le même canot que le nôtre, exactement ! » Les mots se brisent dans la gorge de Philippe, il déclare sobrement : « Aujourd’hui encore, c’est difficile, ça nous a remis en cause, on pensait nos bateaux insubmersibles mais en mer, il y a des limites ! » La prise de conscience, aussi, que les moyens financiers sont (trop) limités est douloureuse : "C’est sûr que c’est usant, on est tout le temps en train de faire des relances, tout le temps en train… De faire la manche !"

Ce drame avait été un électrochoc, l’État avait promis d'augmenter sa subvention annuelle mais c'est dur de réclamer en permanence, reconnaît Philippe dans un rire amer : "Le gouvernement ne peut pas tout, mais nous accomplissons une mission de service public, tout de même."

"Si tous les plaisanciers nous soutenaient, nos problèmes seraient réglés !" 

Malgré tout, Philippe est optimiste. Les finances actuellement, c'est beaucoup mieux que ça ne l'a été par le passé, mais : "Si tous les plaisanciers nous apportaient un soutien financier, tous nos problèmes seraient réglés !" 

En tout cas, à Dieppe, on a assez d'argent pour faire quelques travaux : une porte étanche doit être aménagée pour sécuriser le poste avant du bateau où sont installés les compteurs électriques et les gilets de sauvetage.

Portrait de Philippe Brouard, bénévole à la SNSM depuis 40 ans

Philippe Brouard, président de l'antenne locale de la SNSM à Dieppe, pose à côté de son canot tous temps
Philippe Brouard, président de l'antenne locale de la SNSM à Dieppe, pose à côté de son canot tous temps © Radio France - Olivia Cohen
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu