Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On fait de notre mieux mais la mise en œuvre des protocoles exclue la profession" regrette le SNUIPP-FSU 42

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Depuis plusieurs semaines les protocoles autour du coronavirus change régulièrement. Mathieu Rouchouse du SNUIPP-FSU était invité de France Bleu Saint-Etienne Loire alors que les règles changent justement aujourd'hui : il faut désormais trois cas de Covid-19 dans une classe pour qu'elle soit fermée.

Les masques obligatoires pour les enseignants en primaire (Illustration)
Les masques obligatoires pour les enseignants en primaire (Illustration) © Maxppp - Pierre DESTRADE

Mathieu Rouchouse, qu'est ce qui vous importe le plus ce matin : les protocoles sanitaires ou les tenues "républicaines" à l'école souhaitées par le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ?

Ce qui nous intéresse au quotidien c'est la réussite des élèves et le fait qu'ils s'y sentent bien. Sur la forme des annonces de M. Blanquer nous avons un vrai problème. Encore une fois, nous apprenons les changements de protocole à la télévision alors que nous avions un changement de protocole en interne la veille à l’Éducation nationale. On a donc affaire à un problème de forme qui nous questionne beaucoup puisque nous ne sommes plus associés depuis la loi sur la fonction publique de 2019 à la mise en œuvre des décisions du Ministre. 

Pour les parents c'est difficile de s'y retrouver et on se met à leur place. Comment faire confiance à une institution qui change de politique toutes les semaines ? Depuis la rentrée nous avons eu deux protocoles et quatre mises à jour. On essaie de rassurer le plus possible. On fait de notre mieux pour les parents et les élèves. On comprend qu'il puisse y avoir des évolutions  face à la situation sanitaire et économique qui est complexe. Le problème est dans la mise en œuvre qui exclue la profession.

Vous avez le sentiment de bien faire votre travail, au vu de la situation actuelle ?

Il y a des personnes comme M. Blanquer qui ne nous aident pas à bien faire notre travail c'est une évidence. La question du masque en classe est importante. C'est difficile pour les enfants de comprendre clairement ce qu'on dit, c'est difficile pour transmettre une émotion. On ne peut pas nier que les changement incessants de direction au niveau institutionnel ne facilitent pas l'installation de processus pérennes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess