Économie – Social

Faut-il mettre fin au monopole de la SNCF pour le transport des passagers?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace lundi 24 février 2014 à 11:38

TGV-Est
TGV-Est © MaxPPP

Des centaines de cheminots européens sont attendus ce mardi devant le parlement européen à Strasbourg. Ils dénoncent une ouverture du trafic ferroviaire à la concurrence à partir de 2019, une ouverture qui doit être votée mercredi au parlement.

Retrouvez l'interview en intégralité de Dominique Riquet, député européen

Retrouvez l'interview en intégralité de Vincent Prodhon, de la CGT Cheminots en Alsace

L'issue du vote ne fait pas vraiment de doute. Après avoir examiné le texte ce mardi, les députés européens devraient valider l'ouverture obligatoire du trafic ferroviaire des passagers à la concurrence à partir de 2019 dans les pays membres de l'Union.

Ce texte se base sur deux piliers. D'abord rendre compatible les systèmes de transports européens, mais aussi s'attaquer à la "gouvernance", c'est à dire permettre l'arrivée de nouveaux opérateurs dans les différents pays de l'Union. Jusqu'à présent, en ce qui concerne le transport des passagers en France, tous les appels d'offre sont attribués à la SNCF, la situation devrait donc évoluer progressivement à partir de 2019.

Des compensations maintenues pour les lignes non rentables

Il n'est pas question de supprimer les lignes non rentables précise le vice-président de la commission transport au Parlement européen, Dominique Riquet. Le député européen explique que "l'Etat ou les régions pourront toujours apporter des compensations pour encourager les opérateurs à s'intéresser à ces lignes."

Les cheminots européens d'ETF sont contre la libéralisation. Ils dénoncent un abandon du service public, et redoutent des problèmes de sécurité. Ils estiment aussi que l'introduction de la concurrence ne permettra pas d'améliorer les services rendus aux usagers bien au contraire.

Manifestation des cheminots contre l'ouverture du transport passagers à la concurrence

"Ce n'est pas l'ouverture à la concurrence qui arrangera la qualité des services dans les trains ou qui baissera les prix" , explique Vincent Prodhon, de la CGT Cheminots en Alsace. "Le fret est déjà ouvert à la concurrence en France. Et depuis le rail transporte deux fois moins de marchandises que ce que la SNCF transportait avant. Il y a eu un report sur les routes."

Ils appellent donc à une manifestation européenne devant le parlement de Strasbourg ce mardi de 13 à 15 heures. Plusieurs centaines de cheminots venus de France, d'Allemagne, mais aussi de Belgique, du Luxembourg ou encore du Royaume-Uni sont attendus.