Économie – Social

Faute de neige, près de 40% des saisonniers sont au chômage

Par Viviane Le Guen, France Bleu mercredi 28 décembre 2016 à 15:26

Trois semaines après le début de la saison de ski, "30 à 40% des saisonniers" sont au chômage technique faute de neige
Trois semaines après le début de la saison de ski, "30 à 40% des saisonniers" sont au chômage technique faute de neige © Maxppp - Richard Mouillaud

Au moins 40.000 saisonniers attendent toujours d'être embauchés dans les stations de ski des Alpes qui souffrent du manque de neige selon la CGT. Le syndicat a demandé mardi à l'État d'intervenir.

Des températures supérieures de 2-3 degrés par rapport aux normales de saison, et pas plus d'une vingtaine de centimètres de neige à 2.000 mètres d'altitude : la dernière fois qu'il a aussi peu neigé en décembre dans les Alpes du Nord, c'était en 2001 selon Météo France.

En cause cette année : l’anticyclone. Résultat, dans les versants ombragés, il y a peu ou pas de neige en dessous de 1 500 à 1 900 m. Même chose en dessous de 1 600 à 2 200 m dans les versants ensoleillés.

40.000 saisonniers au chômage technique dans l'arc alpin

Les tires-fesses et les remontées mécaniques sont à l'arrêt, et les saisonniers des stations de ski de basse et moyenne altitude au chômage technique. Selon la CGT, trois semaines après le début de la saison, "30 à 40% des saisonniers" devant être embauchés sont toujours sans emploi.

En Isère, Savoie et Haute-Savoie où 120.000 saisonniers sont habituellement employés durant la saison d'hiver, 40.000 personnes attendent toujours d'être embauchées selon Antoine Fatiga, responsable national CGT. Un scénario qui se répète à chaque début de saison depuis trois ans dans les Alpes. L'an dernier déjà, 20% des saisonniers du Haut-Chablais - qui comprend notamment les stations de Morzine, Avoriaz, Les Gets, ou encore Saint-Jean-d'Aulps - ont été privés de travail en début de saison à cause du manque de neige.

Une date - butoir ?

Face à cette situation, la CGT réclame aux préfets concernés le respect de la convention collective du secteur, qui impose aux employeurs de fixer dans les contrats de travail une date-butoir d'embauche du saisonnier même si l'activité est fortement réduite ou nulle. Cette date est décidée au cas par cas et n'est pas la même partout. Seules les stations de petite taille, ayant moins de 20 salariés, n'ont pas cette obligation.

Mardi, la CGT a demandé à l’Etat d’intervenir en prenant en charge une partie des salaires des saisonniers quand l’activité est ralentie, afin qu'ils n’attendent pas la neige pour signer leur contrat. Météo France prévoit une perturbation pour la première semaine de janvier. Elle devrait amener quelques flocons sur les massifs des Vosges, du Jura et peut-être des Alpes du Nord.