Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Suppression de lits, agressions de personnel : grogne au centre hospitalier de Rouffach (Haut-Rhin)

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Un débrayage ce mardi midi au centre hospitalier psychiatrique de Rouffach. Une centaine de personnes, selon la CGT, organisateur du mouvement, a cessé le travail. En cause, la suppression d'une vingtaine de lits cet été et la recrudescence des agressions au sein de l'établissement.

Un rassemblement était organisé devant l'hôpital de Rouffach
Un rassemblement était organisé devant l'hôpital de Rouffach © Radio France - Guillaume Chhum

Rouffach, France

Mouvement de grogne ce mardi midi au centre hospitalier spécialisé de Rouffach. Selon la CGT, qui appelait au débrayage, une centaine de personnes a cessé le travail. Un mouvement pour protester contre la suppression d'une vingtaine de lits cet été et la multiplication des agressions à l'encontre du personnel, depuis le début de l'année.

François Courtot, le directeur du Centre Hospitalier de Rouffach

Des agressions physiques, il y en a moins qu'une dizaine. Ce sont toujours les mêmes patients concernés. on doit tout faire pour prévenir cette violence ", François Courtot, le directeur de l'hôpital psychiatrique de Rouffach

Une dizaine d'agressions physiques se seraient produites, selon la CGT, au sein de l'établissement, à l'encontre du personnel. Un patient aurait même planté une cuillère dans la main d'un soignant. La direction a organisé à cette occasion, un Comité d'Hygiène et de Sécurité, pour réfléchir à la mise en œuvre de moyens pour faire baisser la tension.

Témoignage d'une infirmière sur ces agressions

Une mobilisation devant l'hôpital psychiatrique de Rouffach  - Radio France
Une mobilisation devant l'hôpital psychiatrique de Rouffach © Radio France - Guillaume Chhum

Ce n'est pas quelque chose de banal de se faire agresser. C'est inquiétant," une infirmière travaillant dans l'établissement

Autre point d'inquiétude pour les salariés : la suppression cet été d'une vingtaine de lits, dans le cadre de la baisse des dotations des hôpitaux. C'est à dire la fermeture du pavillon 3. Pour François Courtot, le directeur de l'établissement : " On a grosso modo une vingtaine de lits disponibles, donc en fermant une unité, on ne fermera rien, puisque ces lits sont toujours disponibles à l'hôpital."

Une version contestée par Thierry Habermacher, le secrétaire de la CGT pour le Centre Hospitalier de Rouffach : " Ils vont redispatcher ces activités sur d'autres pavillons. Les structures étant amoindries, les patients viendront en situation de crise," souligne le syndicaliste.

Malgré la réunion du Comité d'Hygiène et de Sécurité, la grogne est toujours là, au Centre Hospitalier de Rouffach.

Reportage sur cette grogne avec la direction et la CGT

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu