Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fermeture annoncée de la société Eolane à Vaihauquès : le désarroi des 38 salariés

jeudi 12 avril 2018 à 13:58 Par Guillaume Roulland, France Bleu Hérault

Le 30 novembre prochain, selon un calendrier présenté par la direction du groupe Eolane, le site de Vailhauquès (Hérault) sera définitivement fermé. Une décision stratégique qui va soudainement priver de leurs emplois 38 salariés. Des salariés écœurés et en colère.

Le site Eolane de Vailhauquès fabrique depuis 1992 des câblages électriques pour l'aéronautique, le ferroviaire et le médical
Le site Eolane de Vailhauquès fabrique depuis 1992 des câblages électriques pour l'aéronautique, le ferroviaire et le médical © Radio France - Guillaume Roulland

Vailhauquès, France

Ils ont attendu plusieurs mois avant de sortir du silence, espérant ainsi ne pas fâcher leur direction et obtenir ainsi toutes les réponses à leurs questions. Mais ne sachant toujours pas aujourd'hui à quelle sauce ils risquent d'être mangés dans les prochains mois, les salariés d'Eolane (deuxième sous-traitant électronique français) à Vailhauquès et leurs représentants syndicaux ont décidé de lâcher tout ce qu'ils ont sur le cœur. Et ils en ont gros visiblement !

Une fermeture inéluctable

Le 28 septembre 2017, quelques semaines seulement après l'entrée dans le capital du groupe Eolane de fonds d'investissement parisien Hivest Capital Partners, le couperet tombe sur les épaules des salariés du site de Vailhauquès : la nouvelle présidence du groupe a décidé de fermer le site héraultais et de transférer l'intégralité de son activité et de sa production sur son site de Valence dans la Drôme.

Depuis 1992, Eolane Vailhauquès fabrique des système de câblage électrique pour l'industrie aéronautique, l'industrie ferroviaire, mais aussi l'appareillage médical (robots chirurgicaux, appareils de calcul ou de traitements médicaux). Une entreprise qui dispose d'un réel savoir-faire et qui est la seule à bénéficier des certifications lui permettant de vendre sa production aux Etats-Unis, en Chine ou en Corée du Sud.

Bref, une affaire qui marche et dont "tous les clignotants sont au vert", selon les représentants du personnel.

La nouvelle équipe dirigeante du groupe leur explique qu'il s'agit d'"une décision stratégique", mais sans prendre le soin d'argumenter ses choix, selon les syndicat. Elle aurait observé ensuite un long silence radio de cinq mois. Cinq mois pendant lesquels les représentants du personnel essaient d'en savoir plus sur les mesures de reclassement ou d'accompagnement qui seront naturellement proposées aux 38 salariés à temps plein.

Le 15 mars dernier, un premier document de la direction du groupe Eolane, publié sur le portail de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) présente quelques unes de ces mesures, mais _"_aucune démarche individuelle ou proposition nominative n'ait faite aux salariés concernés pour autant" précise Fred Louvier, délégué syndical CFE-CGC. "C'est à chacun de se débrouiller pour trouver ce qui lui conviendrait sur les autres sites du groupe" conclut-il.

Le désarroi des salariés, la colère du maire...

Depuis l'annonce de la fermeture de leur entreprise, les 28 salariés d'Eolane à Vailhauquès n'ont donc plus le cœur à l'ouvrage. "Depuis octobre, une psychologue se rend sur le site à raison d'une fois par semaine" explique Carole Devaux, élue au CHSCT de l'entreprise. "11 salariés ont déjà été diagnostiqués en burn-out élevé et quatre très élevé" précise t'elle. 

Le maire de Vailhauquès, Hussan Almallak, a rencontré lui ce mercredi les principaux représentants du personnel. Il se souvient de la création du site en 1992 par des ingénieurs locaux. A l'époque, elle fût la toute première entreprise à s'installer sur la zone d'activités Bel Air, aujourd'hui fierté de la commune. 

"Rien ne justifie cela. Du jour au lendemain ont va licencier une quarantaine de salariés de la façon la plus arbitraire. C'est scandaleux. J'ai déjà contacté la région et les parlementaires. On ne peut pas accepter cela."

Une entreprise en difficulté selon la direction

La direction du groupe a quant à elle une vision toute différente de la situation, et explique la décision de fermer le site de Vailhauquès, ainsi que deux autres sites en France, par de grosses difficultés de trésorerie rencontrées ces dernières années par le groupe.

"Nous sommes encore au stade de projet et tant que cette phase légale n'est pas terminée et que notre programme n'a pas été homologué par la direction du travail, il nous est difficile de rentrer dans les détails des mesures d'accompagnements. Nous devons attendre encore quelques semaines avant de communiquer sur ce point" affirme pour sa part Bernard Weil, directeur depuis février 2018 du site de Vailhauquès.

Fred Louvier, délégué syndical CFE/CGC à Eolane Vailhauquès

Hussan Almallak, maire de Vailhauquès

Bernard Weil, directeur du site Eolane de Vailhauquès

Fred Louvier, délégué CFE/CGC et Carole Devaux, élue au CHSCT - Radio France
Fred Louvier, délégué CFE/CGC et Carole Devaux, élue au CHSCT © Radio France - Guillaume Roulland
Hussan Almallak, le maire de Vailhauquès - Radio France
Hussan Almallak, le maire de Vailhauquès © Radio France - Guillaume Roulland
Le groupe Eolane est le 2ème sous-traitant électronique français - Radio France
Le groupe Eolane est le 2ème sous-traitant électronique français © Radio France - Guillaume Roulland