Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Fermeture de certains commerces : "un hara-kiri économique" dénonce une commerçante de Château-Gontier

-
Par , France Bleu Mayenne

Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi que les commerces non-essentiels allaient fermer pendant quatre semaines. "Un suicide économique" fustige la responsable d'un salon de coiffure de Château-Gontier-sur-Mayenne.

Le centre ville de Châtaeu-Gontier-sur-Mayenne
Le centre ville de Châtaeu-Gontier-sur-Mayenne © Radio France - Jeanne Daucé

Comme un air de déjà-vu. Un très mauvais air. Après avoir fermé plusieurs mois l'an dernier, certains commerces vont devoir baisser encore une fois le rideau. Une décision prise par le Président de la République ce mercredi 31 mars, lors d'une allocution à la télévision. La mesure est censée casser un peu plus les chaines de contamination de la Covid-19. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

À Château-Gontier-sur-Mayenne, on ne l'entend pas forcément de cette oreille. Et la décision de ne laisser ouverts que les commerces dits essentiels est un nouveau coup dur. "Je suis atterrée, je suis choquée, l'économie française ne fait pas le poids. C'est l'argument de la santé qui prime à chaque fois. C'est un véritable hara-kiri économique" déclare Claire Pottier, coiffeuse dans le centre ville. 

"Ça rime à rien ! Soit on bosse tous, soit on est tous confiné. Pourquoi une esthéticienne n'aurait pas le droit d'ouvrir alors que moi coiffeuse oui ? Pourquoi les boutiques de vêtements non et les libraires ou les disquaires oui ? C'est ridicule. On a le droit d'acheter un disque mais pas un pantalon" termine Claire Pottier. Ce mercredi, le Président de la République a promis que les dispositifs d'aides aux salariés et aux entreprises seront prolongés dans les prochaines semaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess